1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le parmesan au cœur d'une polémique entre la France et l'Italie
Le Parisien23/05/2019 à 19:54

Le parmesan au cœur d'une polémique entre la France et l'Italie

Mamma Mia ! La marque historique italienne Nuova Castelli, productrice entre autres du célèbre Parmigiano Reggiano, connu sous le nom de parmesan, serait en passe d'être rachetée par un groupe français. La nouvelle, qui tient pour l'instant plutôt de la rumeur, provoque l'émoi de nos voisins transalpins. Le plus puissant syndicat agricole de la botte a appelé le gouvernement à contrer cette supposée conquête du fromage d'appellation d'origine protégée (AOP) à base de lait de vache.Selon la presse de la péninsule, le géant Lactalis se serait en effet montré très intéressé par le groupe italien, qui compte aussi dans son escarcelle des marques de gorgonzola et de mozarella. Le Français s'est pour l'instant refusé à tout commentaire tandis que le Corriere della Sera parle de « vol » du parmesan à l'Italie. Dans ses colonnes, Ettore Prandini, le président du syndicat Coldiretti, a estimé qu'il était « nécessaire d'arrêter cette vente aux Français pour ne pas répéter les erreurs du passé, avec la cession de Parmalat à Lactalis, quand a été perdue une grande occasion pour le pays de faire front commun ». Et de rappeler que l'entreprise de la famille Besnier détient déjà un tiers du marché national dans les compartiments stratégiques du secteur laitier-fromager. Il a en effet déjà acquis de nombreuses marques italiennes, comme Galbani, Invernizzi, Cadermartori, Vallelata et Parmalat. Pour cette dernière, il en avait pris le contrôle en 2011 via une OPA hostile, qui avait suscité une vive émotion dans la péninsule, et que Rome avait tout fait pour bloquer.Des Français taxés de « pirates» et de «voleurs»Granarolo, une coopérative historique, aurait en outre fait une contre-offre dans le processus de rachat de Nuova Castelli géré, selon Il Sole 24 ore, par Rothschild. Mais cela n'aurait pas abouti. Sur les réseaux sociaux, chacun y va de son commentaire, décrivant les Français comme des « ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer