1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le parlement libyen propose de confier l'armée au général Haftar
Reuters25/02/2015 à 16:24

BENGHAZI, Libye, 25 février (Reuters) - Le président du Parlement libyen a proposé de nommer le général Khalifa Haftar au poste de chef d'état-major, a annoncé mercredi son porte-parole. La proposition d'Aguila Saleh a le soutien de la Chambre des représentants, a-t-il ajouté. Le général Haftar est l'homme fort de l'Est libyen, où s'est installé le gouvernement d'Abdallah al Thinni, reconnu par la communauté internationale mais chassé l'été dernier de la capitale, Tripoli, où une autre administration a été mise en place par des miliciens islamistes venus de Misrata. Ancien allié de Mouammar Kadhafi, le général Haftar s'est brouillé avec le "guide" libyen dans les années 1980 et s'est exilé aux Etats-Unis avant de revenir participer à la révolution de 2011. Il s'est engagé l'an dernier dans la lutte contre les milices islamistes et a promis de rétablir la légitimité de l'Etat libyen. Ses hommes luttent depuis le printemps dernier mai aux côtés des soldats des forces spéciales libyennes contre les islamistes. Pour ses détracteurs, le général Haftar se verrait bien un destin comparable à celui de l'Egyptien Abdel Fattah al Sissi, ancien chef d'état-major des forces armées égyptiennes aujourd'hui président du pays. Le gouvernement parallèle en place à Tripoli l'accuse de vouloir remettre en place l'Etat policier qui prévalait sous Kadhafi. (Ayman al-Warfalli avec Ulf Laessing à Baïda; Henri-Pierre André pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer