Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Parlement européen se prononce pour une PAC plus "verte"

Reuters13/03/2013 à 20:48

LE PARLEMENT EUROPÉEN SE PRONONCE POUR UNE PAC PLUS "VERTE"

STRASBOURG (Reuters) - Le Parlement européen a approuvé mercredi dans leur principe les objectifs de "verdissement" et de meilleure répartition des aides de la future Politique agricole commune (Pac).

Cette énième réforme d'une politique qui absorbe 40% du budget de l'Union européenne est la première à laquelle les députés européens sont associés en tant que colégislateurs, à égalité avec le Conseil européen.

Ce premier vote ne visait encore qu'à définir le mandat de négociation qui sera confié aux représentants de sa commission de l'agriculture.

Les eurodéputés ont approuvé l'un des points clés de la réforme consistant à conditionner 30% des aides directes, liées aux surfaces cultivées, au respect de pratiques durables telles que maintien de prairies permanentes, diversification des cultures et création de "surfaces d'intérêt écologique".

Ils ont également soutenu la proposition de la Commission en faveur d'un plafonnement de ces aides, qui subiraient un abattement à partir de 150.000 euros pour une même exploitation et seraient plafonnées à 300.000 euros.

Les sommes ainsi économisées devraient permettre d'accorder des bonus aux petits ou aux jeunes agriculteurs.

L'alignement du Parlement sur les positions de la Commission a suscité une réaction virulente de Verts qui plaidaient pour un plafonnement à 100.000 euros.

"Le Parlement européen a manqué un rendez-vous historique", a déclaré l'eurodéputé français José Bové dans un communiqué.

"Les grosses exploitations continueront à éliminer les plus petites qui les entourent. C'est le feu vert au gigantisme et à une agriculture industrielle."

LES VERTS FÂCHÉS

Selon l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne, l'écrêtement proposé par la Commission ne toucherait que 0,12% des exploitations européennes et ne permettrait de redistribuer que 1,45 milliard d'euros, contre respectivement 3,5% et 4,8 milliards d'euros avec une baisse à 100.000 euros.

De même, la proposition des Verts consistant à intégrer une rotation des cultures dans les mesures de verdissement associées aux aides directes, a-t-elle été repoussée.

Le commissaire à l'Agriculture, Dacian Ciolos, s'est félicité de la position du Parlement "qui reprend les éléments centraux de la proposition de la Commission".

Les eurodéputés se sont toutefois éloignés des positions de Bruxelles sur certains points dont la "convergence" qui vise à rapprocher le niveau des aides directes au sein des Etats membres.

Alors que la Commission propose qu'aucun agriculteur ne puisse recevoir à terme moins de 90% de la moyenne européenne, qui est actuellement de 270 euros par hectare, le Parlement propose 65%.

Les eurodéputés se sont également prononcés en faveur de la publication des noms des bénéficiaires des fonds agricoles européens, comme le souhaitait la Commission, et pour une approche plus sélective des bénéficiaires.

Certains grands propriétaires fonciers tels que des aéroports ou des terrains de sport ne seraient plus éligibles aux aides européennes, sauf à prouver que l'agriculture représente une part importante de leurs revenus.

Le Parlement et Dacian Ciolas ont estimé que les négociations avec le Conseil pourraient s'ouvrir en avril en vue d'une conclusion au 30 juin.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.