Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le Parlement chypriote refuserait la taxe bancaire

Reuters19/03/2013 à 10:59

LE PARLEMENT CHYPRIOTE REJETTERAIT LA TAXE BANCAIRE

NICOSIE (Reuters) - Le Parlement chypriote s'apprête à rejeter la taxe sur les dépôts bancaires négociée avec les pays de l'Eurogroupe dans le cadre d'un plan de renflouement de 10 milliards de dollars du pays, a dit mardi un porte-parole du gouvernement.

L'examen de la mesure par les 56 députés doit débuter à 16h00 GMT ce mardi à l'assemblée, au sein de laquelle aucun parti ne dispose de la majorité.

Dans un premier temps, Nicosie et ses partenaires de la zone euro s'étaient entendus sur un accord prévoyant une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires, se répartissant en deux tranches: un prélèvement de 6,75% jusqu'à 100.000 euros et un prélèvement de 9,9% au-delà.

Après de nouvelles négociations, le gouvernement chypriote a obtenu des Européens une modulation de ces chiffres afin, notamment, de ne pas pénaliser les petits épargnants.

En échange de cette taxe exceptionnelle, les créanciers internationaux de Chypre débloqueraient une aide de 10 milliards d'euros.

Le projet de taxe a provoqué une vague d'inquiétude dans la population chypriote et son examen par le parlement, initialement prévu dimanche, a été reporté à deux reprises.

Trois partis ont clairement laissé entendre qu'ils ne soutiendraient pas une telle mesure tandis qu'un quatrième, participant à la coalition gouvernementale, a déclaré qu'il ne pouvait pas l'adopter en l'état.

"Il semble que cela ne passera pas", a déclaré Christos Stylianides, porte-parole du gouvernement, s'exprimant sur la radio nationale.

Le président Nicos Anastasiades s'est entretenu au téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel lundi soir et a "insisté pour que ses partenaires européens offrent une aide supplémentaire". De nouvelles discussions entre Nicosie et Berlin sont prévues ce mardi.

AJUSTEMENTS

Nicos Anastasiades devrait également discuter de ce sujet avec le président russe Vladimir Poutine au cours de la journée, a ajouté le porte-parole, la décision de taxation touchant notamment les intérêts d'hommes d'affaires russes ayant d'importants dépôts bancaires dans l'île.

Vladimir Poutine avait jugé lundi que le prélèvement préconisé par les Européens était "injuste, non professionnel et dangereux".

Le ministre chypriote des Finances, Michael Sarris, doit avoir des entretiens avec des responsables russes mercredi à Moscou.

L'annonce de ce prélèvement, présenté comme exceptionnel, a incité les Chypriotes à se ruer en masse sur les distributeurs automatiques pour retirer des fonds.

Les banques, fermées lundi pour cause de jour férié, resteront closes mardi et mercredi également afin de préserver la stabilité du secteur financier tandis que les échanges à la Bourse de Nicosie ont été suspendus pour ces deux journées.

Les ministres des Finances de la zone euro ont tenté lundi d'apporter des ajustements au projet initial négocié dans la nuit de vendredi à samedi à Bruxelles.

L'Eurogroupe s'est ainsi prononcé pour une taxe de 15,6% pour les dépôts au-delà de 100.000 euros afin de recapitaliser le secteur financier chypriote sans pénaliser les petits dépositaires qui seraient exonérés.

Ce plan, s'il était accepté par Nicosie, permettrait de lever 5,8 milliards d'euros qui s'ajouteraient à l'aide promise par l'Eurogroupe.

Bien que Bruxelles affirme qu'il s'agit d'une mesure unique et exceptionnelle, ce plan engendre la crainte d'une contagion dans d'autres pays de la zone euro.

"Si vous êtes (un petit épargnant) grec, italien ou espagnol, vous vous dites que vous risquez d'être le prochain", a commenté un banquier français sous le sceau de l'anonymat.

Michele Kambas; Pierre Sérisier pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.