1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le papetier Sequana va placer des filiales en sauvegarde, 900 emplois concernés
Le Parisien07/01/2019 à 13:48

Le papetier Sequana va placer des filiales en sauvegarde, 900 emplois concernés

C'est une procédure qui permet, entre autres, de suspendre le paiement des dettes. Le groupe papetier français Sequana va demander l'ouverture d'une procédure de sauvegarde et le placement en redressement judiciaire de certaines unités de sa filiale de fabrication Arjowiggins, après l'échec de la vente de cette division.Les procédures concernent les trois unités de la filiale Arjowiggins Graphic : les usines de Bessé-sur-Braye et Le Bourray dans la Sarthe, et l'usine de Château-Thierry sur le site de Greenfield, dans l'Aisne. Ces sites emploient en tout 906 personnes : 568 à Bessé-sur-Braye, 262 au Bourray et 76 à Château-Thierry. Les demandes de procédures seront examinées mardi par le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine).Des sites historiques de l'industrie papetièreSequana explique que ces mesures sont prises dans un «contexte extrêmement dégradé des conditions de marché» et après l'échec, annoncé le 27 décembre, de la vente des activités Graphique et Papiers de création d'Arjowiggins au groupe néerlandais Fineska. Le groupe souligne que la mise en sauvegarde ou en redressement judiciaire doit permettre de rechercher «toutes les solutions favorisant la poursuite de l'activité (...) dans le cadre d'un plan de reprise pérenne». Il ajoute que les pouvoirs publics sont informés et ont indiqué qu'ils soutiendraient les démarches pour trouver des repreneurs, sur lesquelles le groupe se dit «confiant».La banque publique Bpifrance est actionnaire à hauteur de 15,4% du groupe papetier. Elle fait valoir que les actifs concernés par la sauvegarde comptent «des marques renommées en papiers fins haut de gamme et en papiers graphiques recyclés», ainsi qu'un «outil industriel unique dans la production de pâte à papier 100% recyclée». Hausse «inédite» du prix de la pâte à papierL'usine de Greenfield (150 000 tonnes par an), construite en 1997, est «leader européen en pâte recyclée de très haute ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer