1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pape veut se faire une opinion de Trump sur ses actes
Reuters22/01/2017 à 09:27

    MADRID, 22 janvier (Reuters) - Le pape François, qui a réagi 
vendredi à l'investiture de Donald Trump en espérant que ses 
décisions seraient guidées par les "valeurs spirituelles et 
éthiques", appelle dimanche à la patience avant de juger sur ses 
actes le nouveau président des Etats-Unis. 
    "Je crois que nous devons attendre et voir ce qu'il fera 
(...) Nous ne pouvons pas être des prophètes du malheur", 
déclare le pape dans une longue interview accordée au quotidien 
espagnol El Pais. 
    "Nous verrons comment il agit, ce qu'il fait et j'aurai 
alors une opinion. Mais avoir peur ou se réjouir à l'avance de 
quelque chose qui pourrait advenir est, à mon sens, plutôt mal 
avisé", ajoute-t-il. 
    Dans cette interview, le chef de l'Eglise catholique met 
également les Européens en garde contre le populisme, leur 
enjoignant de ne pas reproduire les erreurs des années 1930 en 
se tournant vers de prétendus "sauveurs". 
    "Les crises provoquent des craintes, des alertes. Pour moi, 
l'exemple le plus typique du populisme européen c'est 
l'Allemagne en 1933 (...) Un peuple submergé dans une crise qui 
a cherché son identité jusqu'à ce que ce dirigeant charismatique 
(Adolf Hitler) se présente et promette de lui rendre son 
identité, mais qui lui a rendu une identité pervertie et nous 
savons tous ce qui s'est passé", explique le pape argentin, né 
Jorge Mario Bergoglio dans une famille issue de l'émigration 
italienne des années 1920. 
    "Hitler n'a pas volé le pouvoir, son peuple a voté pour lui 
puis il a détruit son peuple. C'est le risque." 
    "Le danger en temps de crise, c'est de chercher un sauveur", 
ajoute-t-il.     
 
 (Julien Toyer; Henri-Pierre André pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer