Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pape François contre la "colonisation idéologique" du "genre"

Reuters03/10/2016 à 09:53
    * La "théorie du genre" serait enseignée selon lui en France 
    * Cet "endoctrinement" est un "fléau", dit-il 
    * Najat Vallaud-Belkacem regrette "une parole infondée" 
 
 (Actualisé avec réactions en France, détails) 
    par Philip Pullella 
    A BORD DE L'AVION PAPAL, 3 octobre (Reuters) - Le pape 
François a déclaré dimanche que les personnes homosexuelles et 
transsexuelles devaient être accueillies par l'Eglise mais a 
jugé inacceptable l'"endoctrinement" de la "théorie du genre". 
    "Quand une personne (homosexuelle) arrive devant Jésus, 
Jésus ne va certainement pas dire 'Va-t-en car tu es 
homosexuel'", a dit le pape lors d'une conversation avec des 
journalistes à bord de l'avion papal, qui le ramenait au Vatican 
après un déplacement à l'étranger. 
    Lors de son premier voyage en tant que souverain pontife, en 
2013, le pape François s'était illustré en déclarant "Qui 
suis-je pour juger?", en référence à l'homosexualité. 
    Dimanche, il a développé des discours tenus en Géorgie, où 
il a dénoncé samedi une "guerre mondiale" contre le mariage, 
citant l'introduction de notions de genre dans les programmes 
scolaires, français notamment. 
    En tant que prêtre, archevêque et même pape, a-t-il raconté, 
il a accompagné des personnes homosexuelles.  
    "Je les ai accompagnées, je les ai amenées plus près du 
Seigneur", a-t-il dit. "Certaines n'ont pas pu (obéir aux 
enseignements de l'Eglise) mais je les ai accompagnées et n'en 
ai abandonnées aucune", a-t-il poursuivi. 
    Reprenant ses propos de la veille, le pape François s'est 
expliqué: "Ce dont je parlais est le fléau présent aujourd'hui 
qui consiste à endoctriner les gens avec la théorie du genre." 
    "C'est une chose pour une personne d'avoir ces tendances, 
cette option, et même de changer de sexe", a-t-il dit.  
    "C'en est une autre d'apprendre la théorie du genre dans les 
écoles (...) pour changer les mentalités. Je qualifie cela de 
colonisation idéologique", a-t-il poursuivi, jugeant cet 
apprentissage "contre nature". 
     
    "CAMPAGNE DE DÉSINFORMATION MASSIVE" 
    A l'appui de son propos, le souverain pontife a cité une 
anecdote rapportée par un père de famille catholique français 
selon lequel son fils de 10 ans aurait répondu à la question 
"Que veux-tu faire plus tard?" : "Etre une fille". Le père a mis 
en cause les manuels de collège qui prôneraient selon lui la 
"théorie du genre". 
    L'expression "théorie du genre" est principalement utilisée 
par ses détracteurs, aux Etats-Unis notamment. Les sociologues 
qui utilisent le concept de genre pour qualifier des différences 
hommes-femmes issues de facteurs sociaux et culturels plutôt que 
biologiques préfèrent parler de "champ d'études". 
    En France, les "Outils égalité filles-garçons", qui ont 
succédé à l'école aux "ABCD de l'égalité" expérimentés en 2013 à 
l'initiative de Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des 
Droits des femmes, entendent déconstruire les stéréotypes 
sexistes. 
    La ministre française de l'Education s'est élevée lundi 
contre une "parole pour le moins légère et infondée". 
    "Je vois qu'il aura été lui aussi victime de la campagne de 
désinformation massive conduite par des intégristes, la 
Fondation Lejeune, Vigi Gender et d'autres", a-t-elle commenté 
sur France Inter. 
    "Je conseille au pape, lors de l'un de ses prochains 
déplacements en France, de venir à la rencontre d'enseignants de 
l'école française et de discuter avec eux, de feuilleter 
lui-même ces manuels scolaires, ces programmes et de m'expliquer 
en quoi il y aurait une théorie du genre qui n'existe pas par 
ailleurs dans ces livres", a dit Najat Vallaud-Belkacem. 
    "Sur des sujets aussi sérieux que cela, on a donc 
aujourd'hui des intégristes capables d'embarquer y compris le 
pape dans leur folie mensongère? Moi ça me met très en colère", 
a-t-elle ajouté. 
    La loi française prévoit l'enseignement de l'égalité 
homme-femme à l'école depuis 1989 et des cours d'éducation 
sexuelle depuis 2001. 
    En 2011, la mouvance catholique traditionaliste française 
avait fustigé l'introduction de la notion de "genre" dans des 
manuels de Sciences de la vie et de la Terre (SVT) de première.  
 
 (Julie Carriat pour le service français avec Sophie Louet à 
Paris) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.