Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le pacte Bayrou-Macron rabat Fillon sur sa droite

Reuters23/02/2017 à 17:37

LE PACTE BAYROU-MACRON RABAT FILLON SUR SA DROITE

par Sophie Louet et Emile Picy

PARIS (Reuters) - L'alliance entre François Bayrou et Emmanuel Macron conforte, si elle ne contraint, François Fillon dans sa ligne radicale en préemptant le centre-droit et expose un candidat déjà fragilisé aux risques éprouvés de la "droitisation".

L'ancien Premier ministre comptait sur une nouvelle candidature du dirigeant centriste pour priver Emmanuel Macron de suffrages déterminants pour une qualification au second tour.

"On aurait préféré qu'il y aille. Il aurait pris quelques points à Macron et ça faisait notre affaire", concède un député filloniste.

Un collègue juppéiste abonde : "Ça ne nous arrange pas. Fillon est pris dans un étau entre le centre et le FN. La partie s'annonce difficile".

Selon L'Opinion, François Fillon avait demandé au maire de Pau, lors d'une rencontre le 24 janvier, de se présenter : "J'en ai besoin et après je te donne ce que tu veux", aurait-il dit.

Le 25 janvier, les révélations du Canard enchaîné sur les emplois présumés fictifs de l'épouse du candidat de la droite ont bouleversé la donne.

Le président du MoDem, déjà très critique du programme "dangereux" de François Fillon, a dénoncé mercredi "l'existence de privilèges et de dérives" à droite et "l'acceptation tacite et quasi unanime de ces actes".

"L'alliance avec Macron, c'est la solution la plus raisonnable pour Bayrou, mais c'est surtout pour faire barrage à François Fillon", explique un élu de Pau.

L'équipe de François Fillon a feint jeudi d'ignorer ce nouvel obstacle dans une campagne déjà sérieusement malmenée par les ennuis judiciaires du candidat de la droite et du centre et pris soin de "gauchiser" le "traître" afin de remobiliser le socle d'électeurs de l'ancien Premier ministre - autour de 20%.

"Ça ne change absolument rien pour nous. En petit boursicoteur, Bayrou achète ce qui est le plus à la baisse sur le marché", a ainsi lancé le sarkozyste Christian Jacob, chef de file des députés LR, à des journalistes. "Le centre-gauche rejoint le centre-gauche", balaye Luc Chatel.

"BASCULE"

"Plus aucun Républicain ne vote pour François Bayrou, ça fait longtemps qu'il n'est plus de notre côté", juge la filloniste Isabelle Le Callennec.

François Baroin a flétri jeudi sur Europe 1 "le passager clandestin du socialisme", l'homme auquel les électeurs de droite vouent une réelle inimitié depuis qu'il a appelé à voter François Hollande contre Nicolas Sarkozy en 2012.

"Ils vont faire comme d'habitude : droitiser, droitiser, étant donné qu'il n'y a plus rien à récupérer au centre", soupire un élu UDI, qui rappelle les déboires de 2012.

Même si son entourage le dément, François Fillon est désormais un candidat sous influence sarkozyste, une situation préoccupante pour les juppéistes et les alliés centristes de l'UDI qui plaident pour une inflexion "humaniste" de la campagne afin d'élargir son assise électorale.

Le maire de Bordeaux, auquel François Bayrou s'était rallié pour la primaire, a invité mardi François Fillon à prendre en compte "les attentes" des électeurs qui l'ont plébiscité.

"Ce ne serait pas surprenant qu'il y ait un début de bascule du centre-droit, dans l'hypothèse notamment où (Jean-Louis) Borloo se positionnerait en faveur de Macron. Ce serait une vraie déstabilisation pour Fillon", avance un élu UDI.

Légitimistes, les juppéistes veulent continuer à peser dans la campagne de François Fillon, même si ce renvoi dans les cordes "droitières" rétrécit la marge de manoeuvre du candidat. "Je ne pense pas que ça bouge beaucoup (en direction de Macron-NDLR), à une ou deux individualités près", dit l'un d'eux.

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde se veut lui aussi serein : "Bayrou avait envisagé dans un premier temps une alliance avec Fillon, or ça ne déplaçait aucun sondage. C'est bien la preuve que ses électeurs étaient déjà chez Macron", dit-il dans Le Point.

"Il y a des signes de fragilisation au niveau de l'UDI, mais antérieurs à la décision de Bayrou", relève toutefois le politologue Pascal Perrineau. "L'alliance Macron-Bayrou peut contribuer à capitaliser ce mouvement. (...) Le seuil d'accès au second tour peut très bien se jouer à deux points, donc tout va compter", ajoute-t-il.

(Avec Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

69 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • remimar3
    24 février16:45

    Tout sauf tous ces candidats ! Bricoleurs de programmes pour séduite les esprits, qui n'en feront qu'à leur tête une fois élus.

    Signaler un abus

  • frenchto
    24 février16:44

    je dirais plutôt tout sauf melenchon, lepen, hamon

    Signaler un abus

  • herve71
    24 février16:14

    TOUT sauf Fillon !

    Signaler un abus

  • milano12
    24 février15:16

    alliance hamon ecolo et melanchon au revoir macron

    Signaler un abus

  • schrett
    24 février14:05

    Belle photo.Le film de Murnau a été colorisé?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.