Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le nouveau paysage numérique : 50 nuances d'éditeurs et de lecteurs

RelaxNews21/03/2014 à 18:47

Zhiltsov Alexandr/shutterstock.com

(AFP) - Avec une part de 1,1% du chiffre d'affaires de l'édition grand public, le livre numérique reste un petit Poucet en France, mais il bouscule comme un grand les pratiques des lecteurs, des éditeurs, "pure players" ou traditionnels, et dope la créativité des auteurs.

Depuis 2012, "le nombre de lecteurs de livres numériques est passé de 5% à 15% de la population française et le marché se consolide", selon le 4e Baromètre sur les usages du livre numérique, présenté vendredi au Salon du livre de Paris.

En Europe, le livre numérique représente 3% du marché du secteur. S'il permet d'offrir la culture au plus grand nombre, il présente aussi des risques d'abus de position dominante, de nivellement de l'offre, et pénalise les libraires. Ainsi, Paris compte aujourd'hui autant de librairies que toute la Grande-Bretagne.

"La révolution numérique est en marche", confirme sans équivoque Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition (SNE). "Il faut, ajoute-t-il, que tous les acteurs du livre se mobilisent, s'approprient les nouveaux supports. Mais cela demande aussi une vigilance sur le droit d'auteur et une lutte contre le piratage".

Editer en numérique, est-ce un nouveau métier ? Oui, en partie, pour les éditeurs "papier" qui doivent acquérir de nouvelles compétences pour se lancer dans le numérique. Ils découvrent aussi de nouvelles interactions avec le lecteur et les auteurs. Les écrivains travaillent également sur de nouvelles formes de création grâce au numérique, explique Marie-Christine Roux, responsable des études au MOTif (Observatoire du livre en IDF) qui publie une étude sur l'édition numérique, avec le Labo de l'édition.

Dans un marché très jeune mais en progression, les éditeurs "papier" poursuivent la numérisation de leur fonds et la plupart publient leurs nouveautés simultanément dans les deux formats. Flammarion, Gallimard ou Laffont ont doublé leurs ventes numériques en 2013.

Quant aux éditeurs d'ebooks dits "nativement numériques" ou "pure players", ils ne sont qu'une petite centaine. Age moyen, 39 ans. 40% d'entre eux viennent de secteurs en lien avec le livre, dont 34% de l'édition papier. Seuls 18% sont issus de l'informatique et du développement web.

- Lecteur jeune, masculin, diplômé -

L'offre des pure players est très concentrée : 20% des acteurs publient 80% de la production. Il en est de même pour les applications. Ces éditeurs se positionnent avant tout sur la littérature contemporaine, la jeunesse, le polar, la SF et la fantasy. Ils sont aussi nombreux à publier des livres enrichis. Une majorité déclaraient être déficitaires fin 2013, en dépit de la progression des ventes d'ebooks.

Le numérique a favorisé aussi l'émergence de plateformes d'auto-édition. Si tous ces manuscrits ne deviendront pas des best-sellers comme "50 Nuances de Grey", issu de l'auto-édition, ce mode de publication gagne du terrain.

Quant au lecteur "numérique", c'est un grand lecteur, bien connecté, plutôt jeune, masculin et diplômé, selon le baromètre SOFIA/SNE/SGDL (Société française des intérêts des auteurs de l'écrit/SNE/Société des gens de lettres). 61% des lecteurs d'ebooks lisent autant qu'avant et davantage en numérique. 73% ont acquis une partie de leurs livres gratuitement (domaine public).

Le streaming se développe et les lecteurs "numériques" plébiscitent le paiement à l'acte. Les livres numériques sont acquis à 42% sur les sites d'opérateurs internet, à 33% sur ceux des grandes surfaces spécialisées et à 20% sur ceux des libraires. Le nombre de lecteurs sur smartphones s'accroît et la liseuse commence à s'installer. La littérature représente 64% des ebooks achetés. 13% des lecteurs "numériques" reconnaissent avoir eu recours à une offre illégale.

D'après une autre étude, menée par Youboox, plateforme de lecture en streaming, un ebook sur deux est piraté sur le web. Les plus piratés sont les BD (59%), la SF (23%) et les romans (14%). "Ce phénomène risque encore de s'amplifier si les acteurs du livre ne réagissent pas", prévient Youboox.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.