1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le nouveau patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, à l'épreuve de la grève
Le Parisien08/12/2019 à 07:50

Le nouveau patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, à l'épreuve de la grève

La scène se déroule il y a une semaine, au siège de la SNCF, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Lors du comité de groupe, qui réunit plusieurs responsables syndicaux autour du tout nouveau patron des cheminots, Jean-Pierre Farandou, une question fuse, ironique. « Dites-moi M. Farandou, vous avez pris votre carte ? » Dans l'assemblée, c'est l'hilarité.Et pour cause. Depuis plusieurs minutes, le discours du nouvel homme fort de la SNCF sonne doux aux oreilles syndicales : « La priorité, c'est le ferroviaire, pas le développement à l'international » ; « Le rythme des réorganisations a été trop rapide et trop nombreux, il faut revoir tout ça » ; « La mise en place de certains CSE(NDLR : comité social et économique, qui fusionne les instances représentatives du personnel) a pu nuire à la qualité du dialogue social. »Les syndicalistes boivent du petit-lait. Tandis que Jean-Pierre Farandou, lui, esquisse un sourire. Son opération « séduction », lancée avant même sa prise de fonction, le 1er novembre, et le début de la grève du 5 décembre, est sur de bons rails.La SNCF, une cocotte-minuteOfficielles ou officieuses, les discussions avec les « OS » ont été nombreuses. Et les déplacements sur le terrain, au rythme de deux, voire plus, par semaine ont été intenses. « Un tiers des établissements ferroviaire ont été visités », glisse-t-on du côté de l'entreprise publique. Et pour Jean-Pierre Farandou, 62 ans, un constat s'impose. Si économiquement la SNCF va bien, avec un chiffre d'affaires et une marge opérationnelle qui devraient faire de 2019, malgré la grève, une bonne année, socialement, la compagnie est une cocotte-minute.Même s'il s'est donné un an pour ficeler son projet baptisé Transition ferroviaire, il y a urgence sociale. Il faut jouer les démineurs. Car, si au sommet de la SNCF on sait que l'issue du conflit sur la réforme des retraites se joue à l'extérieur de l'entreprise, on ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4947935
    08 décembre10:37

    vivement l'ouverture à la concurrence, que ce dinosaure soit obligé de se réformer...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer