Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le non-cumul des mandats sans doute pas en vigueur avant 2017

Reuters22/02/2013 à 16:45

LE CONSEIL D'ETAT PRÉCONISE LE NON-CUMUL DES MANDATS À PARTIR DE 2017

PARIS (Reuters) - Le non-cumul des mandats, l'une des promesses électorales les plus symboliques de François Hollande, ne s'appliquera selon toute vraisemblance pas avant 2017 en raison de la fronde de nombreux élus socialistes appuyés par l'opposition.

Saisi par le gouvernement sur l'avant-projet de loi qui sera présenté le 13 mars en conseil des ministres, le Conseil d'Etat prône une entrée en vigueur en 2017, soit à la fin des mandats parlementaires en cours des députés et des sénateurs, a-t-on appris de sources gouvernementales et parlementaires.

L'avis de la haute juridiction administrative, qui s'est réunie en assemblée plénière jeudi, était attendu par le gouvernement même s'il va à l'encontre des souhaits de l'appareil du PS, qui continue à militer pour une entrée en vigueur de la réforme dès les prochains scrutins de 2014.

Pour le président socialiste de la commission des lois de l'Assemblée, Jean-Jacques Urvoas, la "bataille du cumul est gagnée".

"Cette législature verra la fin du cumul des mandats pour les députés et sénateurs", a-t-il dit dans les couloirs de l'Assemblée nationale, refusant de rentrer dans le débat suscité au sein de la majorité sur la date d'application.

"Moi, ce qui m'intéresse, c'est qu'à la fin du quinquennat, quand François Hollande se représentera, il n'y ait plus en France de députés-maires et de sénateurs-maires. Donc si ça doit être 2017, faisons pour 2017."

DIVISIONS

La date d'application de cette mesure, qui interdit le cumul d'un mandat exécutif local et d'un mandat parlementaire, est source de divisions au sein de la majorité.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir prône une application dès les élections municipales de mars 2014 tandis que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls et le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone évoquent l'horizon 2017, date des élections législatives et sénatoriales.

Dans un communiqué publié vendredi, le porte-parole du PS, David Assouline, réaffirme que "seule une entrée en vigueur dès 2014 permettra l'adoption du non-cumul des mandats pendant le quinquennat".

Il rappelle également la proposition émise cette semaine par Harlem Désir de soumettre la mesure à référendum si le texte rencontrait des "obstacles" d'ordre constitutionnel.

Mais pour Jean-Jacques Urvoas, "il y a un engagement, celui de François Hollande, il est sur le quinquennat, il n'est pas sur 2014 (...) 2014, c'est une position du Parti socialiste, François Hollande a pris un engagement sur le quinquennat."

Invité sur Public Sénat jeudi, le ministre chargé des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a indiqué que le débat restait ouvert sur l'entrée en vigueur de la loi.

"C'est au président de la République de faire une proposition, ça peut être celle-là (2017), ça peut être une autre date", a-t-il dit.

Lors de ses voeux aux parlementaires en janvier, François Hollande avait entretenu le flou sur le calendrier de cette réforme en promettant qu'elle s'appliquerait durant son quinquennat sans trancher sur la question de savoir si elle s'appliquerait au scrutin municipal.

La réforme est largement soutenue par l'opinion mais elle est rejetée par de nombreux élus de droite comme de gauche qui justifient cette pratique par la nécessité d'avoir un ancrage local pour mener à bien leur mandat parlementaire.

A gauche, de nombreux élus craignent que des députés socialistes ne préfèrent quitter le Parlement pour garder leur mandat local en cas d'application du non-cumul dès 2014, évoquent le risque de voir la majorité affaiblie.

Emile Picy, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.