Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le mur anti-migrants de Trump: promesse tenue ou trompe-l'oeil?
AFP12/01/2021 à 22:16

Donald Trump devant le mure construit à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, à Alamo, au Texas le 12 janvier 2021 ( AFP / MANDEL NGAN )

Donald Trump devant le mure construit à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, à Alamo, au Texas le 12 janvier 2021 ( AFP / MANDEL NGAN )

Donald Trump a consacré mardi sa dernière visite de président au mur "anti-migrants" qu'il avait promis, en 2016, d'ériger à la frontière sud des Etats-Unis. S'il vante une "promesse tenue", la réalité est plus nuancée.

- Une promesse de campagne -

"Je vais bâtir le plus grand mur que vous ayez jamais vu. Ce sera un mur Trump, un mur magnifique", assure le magnat de l'immobilier pendant la campagne présidentielle de 2016. 

La barrière, le long des quelque 3.200 kilomètres de la frontière avec le Mexique, devait, selon lui, protéger le pays des migrants illégaux, criminels et trafiquants de drogue.

Le Mexique "paiera pour le mur, à 100%", même si les Mexicains "ne le savent pas encore", promet-il alors.

- Partiellement tenue -

"Promesse faite, promesse tenue", a assuré mardi la Maison Blanche, alors que Donald Trump se rendait au Texas pour marquer l'achèvement de plus de 700 kilomètres de ce mur.

En fait, un tiers de la frontière avait déjà un mur ou une barrière avant son arrivée au pouvoir et il s'agit principalement d'améliorations ou de renforcements des structures existantes.

Les autorités ne fournissent pas le détail mais, selon les médias américains, seule une vingtaine de kilomètres concernerait des nouvelles constructions. 

Prolonger le mur est en effet plus complexe, car il faut récupérer des terres qui appartiennent généralement à des entités privées, ce qui constitue un casse-tête légal. 

Les travaux ont commencé sur 300 km supplémentaires et 240 sont en phase de pré-construction, selon le ministère de la Sécurité intérieure.

Plus qu'un mur, il s'agit généralement de barrières métalliques équipées de matériel technologique (lumières, caméras...) pour repérer les mouvements des migrants illégaux.

Le président élu Joe Biden a dit qu'il n'y aurait "pas un kilomètre de plus construit" sous son mandat. Il n'a pas précisé s'il interromprait les chantiers engagés.

- Aux frais du contribuable -

Le Congrès a débloqué plus de 5 milliards depuis 2016 pour le financement du mur.

Mais les démocrates, qui ont repris le contrôle de la Chambre des représentants à mi-mandat, n'ont pas voulu octroyer davantage de fonds à ce projet. Le bras de fer a provoqué 35 jours de fermeture partielle de l'administration fédérale ("shutdown") au tournant de 2018-2019, un record. 

Finalement Donald Trump a contourné le Congrès en puisant directement dans le budget du Pentagone. Le ministère de la Défense a alloué au total près de dix milliards de dollars au projet.

- Pour quelle efficacité? - 

"Les chiffres parlent d'eux mêmes: le trafic de drogue, les franchissements de frontière et la contrebande ont diminué dans les zones où les barrières existent", affirmait en octobre le ministère de la Sécurité intérieure.

Après un pic en 2019, les arrestations à la frontière ont bien chuté en 2020 mais il est difficile de démêler l'impact de la pandémie, celle du mur et des autres restrictions migratoires.

Quant au trafic de stupéfiants, selon les experts, il transite majoritairement par les points d'entrée officiels (ports, aéroports, poste-frontières). 

Pour le reste, le mur a tout de même poussé les trafiquants à emprunter des voies d'accès plus faciles à repérer, comme des tunnels ou des bateaux au large de la Californie du Sud.

chp/la

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer