Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Monaco Yacht Show, rendez-vous annuel des milliardaires en quête d'idées

RelaxNews21/09/2012 à 21:33

Yacht 'Diamonds are Forever' de Benedetti Bugsy Gedleck

(AFP) - Les milliardaires, réunis sur les ponts des mégayachts alignés pour le "Monaco Yacht Show", rendez-vous annuel de la grande plaisance cette semaine, en viennent désormais, pour une location, un achat ou une construction de bateaux, à discuter âprement les prix.

"Avant la crise financière de 2008, on ne négociait pas", se souvient Mathilde de Roffignac, spécialiste de la location chez International yacht collection. "Aujourd'hui cela fait partie du jeu, ce sont des hommes d'affaires", précise-t-elle en souriant.

Le défilé nautique présente jusqu'à samedi 103 yachts aux mensurations variées, de 25 à 90 mètres de long, dont une quarantaine sortis des chantiers navals en 2012. Comme chaque année, capitaines, armateurs fortunés, constructeurs de chantiers navals, équipementiers, agents de location se bousculent sur les quais du port de Monaco.

"On vend un art de vivre, les paillettes et le prestige, mais derrière c'est toute une économie qui profite aux ports de la Méditerranée", souligne Hein Velema, PDG du groupe monégasque Fraser Yachts, conscient que l'ostentatoire attire les critiques en période de vaches maigres.

Le marché de la vente s'est durci : "Les offres d'achat représentent parfois 60% du prix demandé", constate M. Velema. Un yacht moyen de 40 mètres de long avoisine actuellement les 12 millions d'euros.

"Les prix étaient au plus haut de 2006 à 2008, avant d'enregistrer en 2009 une chute de 40% puis une certaine stabilité", relève le dirigeant, qui espère une reprise "avec le réveil du marché américain". Les Asiatiques commencent aussi à passer des commandes.

Quant au micro-marché des géants de plus de 100 mètres (pouvant coûter plus de 200 millions d'euros), il se porte au beau fixe avec quelque 25 yachts et une quinzaine en construction. Un 180 mètres deviendra le plus gros du monde en 2014.

Autre phénomène : les propriétaires russes ou moyen-orientaux, "contrôlent leurs dépenses". "Les équipages sont beaucoup plus petits en hiver, étoffés durant le pic de juillet-août", note-t-il.

Sur un superyacht de plus de 24 mètres, comptez 4 millions de frais annuels, plus 5% à 10% de dépenses (assurances, équipage, ancrage, carburant, nourriture).

Les trois quarts des grands yachts sont mis en location en Europe par leurs riches armateurs, qui les utilisent quelques semaines seulement en été. Un yacht d'une cinquantaine de mètres se loue 200.000 euros la semaine.

"Nos clients prennent peu de vacances", dès lors la qualité de l'équipage, sur le modèle d'un service hôtelier haut de gamme avec cuisinier ou masseuse, est primordiale, souligne Mathilde de Roffignac. Il s'agit d'exaucer tous leurs souhaits, comme une place d'amarrage à Monaco ou Saint-Tropez le jour de leur choix.

"Globalement, ce n'est pas la navigation qui leur plaît, ce sont les jouets nautiques comme le jet ski ou le toboggan", ou encore les arrêts sur la Côte d'Azur, explique-t-elle. Les Américains et les Russes restent de bons clients, les Brésiliens ont fait une apparition remarquée.

Pour plaire à tous, la tendance est au design épuré, aux matériaux naturels comme le bois, aux tons neutres.

Mais les mégayachts de plus de 60 mètres affichent souvent des goûts plus personnalisés, à l'instar du "Diamonds are forever", construit par l'Italien Benedetti et livré en janvier à un magnat américain de l'industrie automobile. C'est lui qui accueille sur le pont les amateurs prêts à le racheter pour 63 millions d'euros.

Ce passionné de construction nautique n'a pas hésité à ponctuer la décoration années 30 de tableaux de femmes fatales parées d'éclats de cristal ou de glaces avec écran de télévision pour suivre en se rasant les aventures de l'agent 007.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.