1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le ministre des Finances grec lundi à Paris pour parler dette
Reuters28/01/2015 à 19:26

(Actualisé avec autres citations) PARIS, 28 janvier (Reuters) - Le nouveau ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, viendra lundi à Paris pour discuter de la question de la dette du pays, a déclaré mercredi son homologue français. Michel Sapin a précisé devant des journalistes que les autorités grecques ne souhaitaient pas l'effacement d'une partie de cette dette mais une renégociation pour la rendre plus soutenable. Il a ajouté qu'il s'était longuement entretenu mardi avec Yanis Varoufakis. "Je le verrai lundi prochain à Paris pour aborder très concrètement et précisément les voies et moyens d'une reprise d'un dialogue de qualité entre la Grèce et l'Europe", a-t-il dit. Côté grec, "personne ne parle d'annulation ou d'effacement", a ajouté Michel Sapin. "Les responsables grecs l'ont dit clairement, il ne s'agit pas pour eux de transférer la dette d'un contribuable à l'autre", ce à quoi reviendrait l'annulation d'une partie de la dette aujourd'hui largement détenue par les Etats européens. La Grèce doit selon lui trouver "avec tous les gouvernements européens la bonne route, le bon chemin qui permette de faire face à ces échéances (NDLR : en matière de remboursement)" et "de regarder l'avenir, y compris en passant de nouveaux accords de nouveaux programmes". La France doit "faciliter le dialogue" entre la Grèce et l'Europe, a-t-il poursuivi. "Nous sommes bien placés pour faciliter ce dialogue et, à partir de là, la recherche des accords qui sont nécessaires entre la Grèce et l'ensemble des membres de l'UE." "La France est bien placée pour être un trait d'union entre cette Europe à laquelle nous appartenons, du sérieux, du sérieux budgétaire, de la volonté de voir respectés les engagements et les règles et cette Europe du Sud, en particulier la Grèce, qui souffre aujourd'hui et qui a besoin de trouver un chemin différent de celui qui était le sien pour trouver de la croissance et redonner un peu aux Grecs l'espoir de mieux vivre", a-t-il ajouté. (Yann Le Guernigou et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • LeRaleur
    28 janvier19:39

    Il n'y a rien à dire, toute dette doit être remboursée. Les particuliers le savent très bien, pourquoi pas la Grèce ?

    Signaler un abus

  • ltondu
    28 janvier19:00

    Qui se ressemble...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer