Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le miel de manuka, une querelle amère entre Australiens et Néo-Zélandais
AFP05/05/2021 à 07:39

Des abeilles s'activent sur une ruche à Somersby, en Australie, le 20 avril 2021 ( AFP / Gregory PLESSE )

Des abeilles s'activent sur une ruche à Somersby, en Australie, le 20 avril 2021 ( AFP / Gregory PLESSE )

Le précieux miel de manuka, au nom maori, peut-il provenir d'un autre pays que la Nouvelle-Zélande? La réponse est non pour une partie des apiculteurs néo-zélandais, premiers producteurs mondiaux de ce produit très prisé. Mais leurs concurrents australiens ne l'entendent pas de cette oreille.

Ana Martin et Sven Stephan ont acheté l'an dernier un terrain à Somersby, à une centaine de kilomètres au nord de Sydney, pour y installer une cinquantaine de ruches à flanc de colline. Il est planté de Leptospermum scoparium, un arbuste dont les fleurs sont butinées par les abeilles, donnant ce fameux miel de manuka.

"Être apiculteur, c'est un travail qui vous occupe sept jours sur sept. Et les bénéfices sont très limités. Avec le manuka en revanche, les marges sont bien plus importantes", explique Ana Martin à l'AFP.

Un plant de Leptospermum scoparium, localement appelé manuka, près d'une ruche à Somersby, en Australie, le 20 avril 2021 ( AFP / Gregory PLESSE )

Un plant de Leptospermum scoparium, localement appelé manuka, près d'une ruche à Somersby, en Australie, le 20 avril 2021 ( AFP / Gregory PLESSE )

Le couple d'apiculteurs, qui exploite quelque 300 ruches réparties sur 400 km le long de la côte de la Nouvelle-Galles-du-Sud, commercialise son miel directement sur les marchés et, de plus en plus, via Internet.

A l'issue de cette première saison à Somersby, le couple a récolté 2,5 tonnes de miel de manuka, précise l'apicultrice.

Vanté par des célébrités telles que l'actrice Gwyneth Paltrow et le joueur de tennis Novak Djokovic pour ses vertus anti-inflammatoires et anti-bactériennes, ce miel couleur foncée peut se vendre plusieurs centaines d'euros le kilo.

- Envolée -

La pandémie de Covid-19 a fait exploser la demande, propulsant les exportations néo-zélandaises de miel à un niveau record en 2019/20, principalement grâce au miel de manuka (76% de ces exportations).

L'apiculteur australien Sven Stephan s'occupe de ses ruches à Sombersby, en Nouvelle-Galles du Sud ( AFP / Gregory PLESSE )

L'apiculteur australien Sven Stephan s'occupe de ses ruches à Sombersby, en Nouvelle-Galles du Sud ( AFP / Gregory PLESSE )

Une envolée dont ont également bénéficié les apiculteurs australiens, qui produisent aussi, en quantités plus modestes, cette précieuse substance. L'arbuste Leptospermum scoparium, présent en Nouvelle-Zélande, est aussi une espèce endémique en Australie.

Mais le développement de ce miel en Australie pourrait être coupé net. Un groupement d'apiculteurs néo-zélandais a lancé plusieurs recours, notamment en Chine, aux Etats-Unis et dans l'Union européenne, pour déposer le terme manuka et en obtenir l'usage exclusif.

"Manuka est un terme maori. Dans l'esprit du consommateur, c'est un certificat d'origine néo-zélandaise", fait valoir John Rawcliffe, porte-parole de Unique Manuka Factor Association.

"Par ailleurs les apiculteurs australiens appellent +manuka+ toutes les variétés de Leptospermum australien (plus de 80). C'est trompeur et ça ne correspond pas au produit vendu. C'est comme si on décidait d'appeler +citrons+ tous les types d'agrumes pour en tirer un prix plus élevé", fait-il valoir.

Des revendications balayées par Paul Callander, président de l'Australian Manuka Honey Association. "La composition chimique de notre miel est la même que celle du miel néo-zélandais", dit-il.

En outre, il "est prouvé que l'Australie produit du miel de manuka depuis au moins les années 1840", ajoute-t-il. De fait, le nom courant de l'arbuste butiné pour donner ce miel est également manuka en Tasmanie et dans l'Etat du Victoria (sud-est de l'Australie).

- Contrefaçons -

Autre motif d'inquiétude côté australien, les démarches juridiques des apiculteurs néo-zélandais sont soutenues financièrement par le gouvernement de ce pays. Les Australiens, qui ont décidé de faire appel de ces recours devant la justice britannique et néo-zélandaise, se défendent seuls.

"Nous ne renoncerons jamais à employer le terme manuka. Cela prendrait des années de familiariser les consommateurs avec un nouveau terme, et cela nous coûterait des millions de dollars", explique Paul Callander.

Le ministre australien du Commerce, Dan Tehan, a récemment proposé à son homologue néo-zélandais d'organiser un "sommet trans-Tasman" pour que les deux pays coopèrent au lieu de s'opposer.

Pour sa part, John Rawcliffe n'est pas contre mais la question de l'utilisation du terme manuka n'est pas négociable à ses yeux.

L'apiculteur australien Sven Stephan montre un plan de manuka, le 20 avril 2020 à Somersby, en Nouvelle-Galles du Sud ( AFP / Gregory PLESSE )

L'apiculteur australien Sven Stephan montre un plan de manuka, le 20 avril 2020 à Somersby, en Nouvelle-Galles du Sud ( AFP / Gregory PLESSE )

Une position que déplorent Ana Martin et Sven Stephan. "Nous pouvons tous gagner plus d'argent si nous nous défendons ensemble et élaborons un processus de certification commun. Actuellement, il y a dix fois plus de miel de manuka vendu dans le monde qu'il n'en est produit! La quantité des contrefaçons est énorme! Qui plus est, les Américains ont aussi commencé récemment à produire du miel de manuka. C'est là qu'est la vraie menace", avertit l'apiculteur.

Tous les apiculteurs néo-zélandais ne défendent pas cette démarche pour obtenir une appellation d'origine. Comvita, le plus grand producteur de miel de pays, est associé depuis 2016 à l'australien Capilano, pour produire et commercialiser ensemble du miel de manuka... en Australie.

Reste que pour la Nouvelle-Zélande, les enjeux sont considérables. Malgré des volumes dix fois moins importants que ceux exportés par la Chine, la Nouvelle-Zélande est devenue en 2020 le premier exportateur mondial de miel en valeur, avec des ventes cumulées estimées à 251 millions d'euros.

str/pcm/pn/fjb

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer