Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le médiateur prône une remise à plat du régime des intermittents

Reuters18/06/2014 à 15:43

LES INTERMITTENTS EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Jean-Patrick Gille, médiateur du gouvernement dans le conflit des intermittents du spectacle, a estimé mercredi que l'issue de la crise passait par une remise à plat de "l'architecture du système" d'indemnisation chômage du secteur.

Le député socialiste nommé le 7 juin par Manuel Valls doit remettre d'ici le début de la semaine prochaine des propositions au Premier ministre pour apaiser la contestation des intermittents, qui menacent d'annulation les principaux festivals estivaux, comme lors du conflit de 2003.

Les intermittents demandent au gouvernement de ne pas agréer la nouvelle convention d'assurance-chômage issue de l'accord signé le 22 mars entre le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC), qui durcit les conditions d'indemnisation de plusieurs catégories de chômeurs, dont les leurs.

Le gouvernement, qui prône lui aussi une remise à plat du régime, a jusqu'au 30 juin pour agréer la convention et les intermittents multiplient les grèves et les actions pour tenter de l'en dissuader.

Des dizaines de manifestants ont occupé mercredi matin le chantier de la Philharmonie de Paris, situé dans le XIXe arrondissement.

Juchés en haut de la structure métallique qui domine le périphérique, les manifestants ont déployé de grandes banderoles proclamant "Contre la précarité, convergence des luttes" ou "Non à l'agrément".

D'autres actions des intermittents ont eu lieu mercredi à Rennes, Lille, Nice, Quimper et Lyon, selon la Coordination des intermittents et précaires.

Le gouvernement a fait savoir à la coordination des intermittents qu'il envisageait de parapher la convention, mais en l'assortissant de mesures complémentaires.

SCÉNARIO DE SORTIE DE CRISE

"J'essaie de trouver un scénario de sortie qui tourne autour de l'idée de se remettre autour d'une table pour revoir l'architecture du système, parce qu'on voit bien que tous les deux ans il y a une crise", a expliqué mercredi Jean-Patrick Gille sur France Inter.

L'élu, auteur en 2013 d'un rapport sur les conditions d'emploi dans les métiers artistiques, devait revoir mercredi matin l'ensemble des partenaires sociaux.

"Cet après-midi, je verrai la nébuleuse des intermittents en colère, c'est-à-dire la coordination, la CGT et les employeurs, puisqu'ils les soutiennent", a-t-il précisé.

Jean-Patrick Gille, qui a diffusé mardi un tweet acide sur les contradictions gouvernementales dans ce conflit, a reconnu que la voie était "étroite".

Au nombre des pistes de compromis, le médiateur a évoqué la réactivation du fonds d'aide aux plus précaires créé en 2003.

L'amplification du "différé d'indemnisation" dénoncée par les intermittents et la CGT ne pourrait être amendé - s'il devait l'être - que par les partenaires sociaux, a souligné Jean-Patrick Gille. "Mais ils n'ont aucune raison de le faire pour le moment", a-t-il dit.

Dans son tweet, le médiateur met en exergue dans un schéma, avec bombes à retardement à la clé, le jeu de rôles entre les ministres de la Culture, Aurélie Filippetti, et du Travail, François Rebsamen, d'une part, et la CGT d'autre part.

La nouvelle convention Unedic prévoit l'ouverture d'une concertation avec les pouvoirs publics avant fin 2014 sur la lutte contre la précarité dans ce secteur, notamment en favorisant le recours au contrat à durée indéterminée, et sur la liste des emplois concernés.

La ministre de la Culture a proposé d'avancer la concertation au début de l'été pour mettre sur pied une "grande réforme" de l'intermittence que l'accord du 22 mars ne permet pas selon elle.

Les détracteurs du régime des intermittents du spectacle mettent en avant le fait que 100.000 personnes perçoivent plus de 1,3 milliard d'euros pour 240 millions de cotisations.

(Sophie Louet, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.