Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le mariage gay approuvé en première lecture en Grande-Bretagne

Reuters05/02/2013 à 23:47

LES DÉPUTÉS BRITANNIQUES APPROUVENT LE MARIAGE GAY EN PREMIÈRE LECTURE

par Andrew Osborn

LONDRES (Reuters) - Les députés britanniques ont adopté mardi en première lecture un projet de loi reconnaissant le droit au mariage des homosexuels, lors d'un vote qui a divisé le Parti conservateur et entamé l'autorité du Premier ministre conservateur, David Cameron.

Le projet de loi a été voté par la Chambre des Communes avec le soutien de l'opposition par 400 voix contre 175. Les états-majors des partis politiques n'ayant pas donné de consigne de vote, les députés ont voté selon leur conscience, et c'est ainsi que plus de la moitié des 303 députés des Tories ont voté contre ou se sont abstenus.

Au cours d'un débat qui a duré plus de six heures, nombre d'élus conservateurs se sont relayés pour dénoncer le projet, parlant d'une faute morale, estimant qu'il n'était pas une priorité mais plutôt de nature à diviser inutilement les Tories.

Pour le député conservateur Gerald Howarth, qui faisait écho aux objections de nombre de ses collègues, le gouvernement n'a pas reçu mandat pour mettre en oeuvre un "changement social et culturel profond".

"Ce n'est pas une évolution, c'est une révolution", renchérissait devant la chambre des Communes Edward Leigh, un autre élu des Tories, pour qui le mariage est "par nature une union hétérosexuelle".

David Cameron a estimé que l'issue du vote était "un pas en avant pour notre pays".

La procédure parlementaire va se poursuivre désormais avec transmission du projet à la Chambre des lords et retour en seconde lecture à la Chambre des communes au début de l'été.

Le projet de loi propose d'autoriser les mariages entre homosexuels en Angleterre et au pays de Galles en 2014. Il ouvre aussi la possibilité pour les couples homosexuels ayant contracté des unions civiles de les transformer en mariage.

SOUTIEN DE L'OPINION

Ce projet de loi est emblématique du recentrage que Cameron opère depuis qu'il a accédé à la tête du Parti conservateur en 2005.

"Je suis un partisan convaincu du mariage, et je ne veux pas que les homosexuels soient exclus de cette grande institution", déclarait David Cameron en décembre.

Avec de telles prises de position, l'homme qui a ramené les Tories au 10 Downing Street en mai 2010, après treize ans d'opposition, peine à convaincre le noyau dur de son parti qu'il est un véritable conservateur. On l'accuse de sacrifier les valeurs fondamentales sur l'autel du populisme.

"Il n'a plus beaucoup de capital politique", prévient le député Stewart Jackson, élu conservateur hostile au projet de loi. "Il y a des limites à ce que le Parti conservateur peut accepter. Cameron va devoir mettre en oeuvre très vite des politiques authentiquement conservatrices", ajoute-t-il.

Les critiques internes adressées au Premier ministre vont au-delà du mariage homosexuel. S'épanchant dans la presse britannique, des élus conservateurs lui reprochent pêle-mêle son "arrogance", son indulgence à l'égard de l'Union européenne et les effets édulcorants de la coalition formée avec les Libéraux démocrates (LibDem), la formation centriste du vice-Premier ministre, Nick Clegg.

Sur la question spécifique du mariage homosexuel, Cameron a le soutien de l'opinion publique. Selon un sondage YouGov publié dimanche par le Sunday Times, 55% des personnes interrogées sont favorables à la reconnaissance du droit au mariage des homosexuels contre 36% d'un avis contraire. Mais la même étude fait apparaître que la question arrive très loin dans l'ordre des priorités des Britanniques, au douzième rang.

Henri-Pierre André et Eric Faye pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.