Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le marché automobile français risque de chuter de 12% en 2012

Reuters01/10/2012 à 15:32

LES IMMATRICULATIONS EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Le marché automobile français devrait accuser cette année une baisse plus marquée que prévu qui risque d'atteindre au moins 12%, le mois de septembre ayant confirmé la dégradation des ventes observée cet été.

Le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), qui prévoyait jusqu'ici un recul de 8% à 10% pour l'ensemble de 2012, a ainsi confirmé une information obtenue jeudi par Reuters.

En septembre, 136.859 voitures particulières neuves ont été immatriculées en France, soit une baisse de 18,3% en données brutes par rapport à septembre 2011 et de 10,1% en données corrigées des jours ouvrables (20 jours ouvrables contre 22 en septembre 2011).

Sur les neuf premiers mois de l'année, la contraction du marché automobile français ressort de 13,9% en données brutes et de 13,4% en données CJO.

"Tant qu'on n'aura pas un minimum de croissance économique, il n'y aura pas de rebond des ventes", commente Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile.

"Les deux moteurs principaux, ventes au particuliers et aux sociétés, sont à l'arrêt. La principale question est maintenant de savoir comment se terminera l'année - octobre est un mois important pour le secteur - et comment 2013 va commencer. Le premier trimestre de l'année prochaine s'annonce d'ores et déjà difficile."

Au Mondial de l'automobile, qui a ouvert ses portes au public samedi à Paris, plusieurs constructeurs ont dit observer une dégradation du marché français et européen depuis l'été.

RENTRÉE MOROSE POUR TOUS LES GÉNÉRALISTES, MÊME VW

A l'exception du coréen Hyundai-Kia, du japonais Toyota et de deux marques haut de gamme allemandes, Audi et BMW, tous les constructeurs ont accusé une baisse des ventes en septembre en France.

Les immatriculations du groupe PSA ont toutefois résisté (-5%) grâce à la marque Peugeot, dont la nouvelle 208 est désormais la sixième voiture la plus vendue en France depuis le début de l'année. Les ventes de la marque au lion n'ont ainsi reculé que de 0,8%, contre un recul de 9,5% pour Citroën.

Le groupe Renault, qui va engager la semaine prochaine une négociation avec les syndicats pour améliorer la compétitivité de ses usines françaises, a vu ses immatriculations chuter de 33,4%.

Même si sur la période de janvier à septembre les deux voitures les plus vendues en France sont encore la Mégane et la Clio, la marque au losange a poursuivi sa dégringolade (-35,8%). Quant à Dacia, la marque low cost du groupe, elle affiche un recul de 14,1% qui interrompt la forte hausse observée coup sur coup en juin, juillet et août.

Même Volkswagen ou Nissan, qui tiraient leur épingle du jeu depuis le début de l'année, sont tombés en territoire négatif à la rentrée avec une baisse respective de leurs immatriculations de 17,4% et de 16,2%.

Au total, la part de marché des constructeurs français se situe à 53,5% sur neuf mois, contre 46,5% pour les constructeurs étrangers. Elle tournait autour de 56% en 2009 et 2010, et était montée jusqu'à 68% environ en 2011, dernière année soutenue par la prime à la casse.

Sur le segment des véhicules utilitaires, baromètre de l'activité économique, les immatriculations en septembre ont baissé de 12,5% en données brutes (-3,7% en données CJO) pour les camionnettes et fourgons. Pour les camions, elles dégringolent de 20,1%.

Edité par Dominique Rodriguez

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.