1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le libre-échange se poursuit envers et contre Washington

Le Monde29/01/2018 à 05:21

Le libre-échange se poursuit envers et contre Washington

De grands accords commerciaux sont négociés par de nombreux pays tout autour de la planète, à l'exception des Etats-Unis qui se voient menacés d'isolement.

Il y a les mots. Ceux du président américain Donald Trump, réfutant devant les élites mondiales réunies à Davos (Suisse) que son credo de l'« America First » soit synonyme d'un isolement des Etats-Unis. Il y a, enfin, la réalité. Celle d'une libéralisation commerciale qui se poursuit à travers le monde, envers et contre Washington.

Mardi 30 janvier, les discussions devaient ainsi reprendre entre l'Union européenne (UE) et quatre pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). La Commission de Bruxelles espère tout haut pouvoir signer un traité rapidement avec ces marchés encore très fermés. « Notre objectif est de conclure en février un accord qui tienne compte des possibilités énormes qu'offre le Mercosur, mais aussi de nos sensibilités », affirme au Monde la commissaire au Commerce, la Suédoise Cecilia Malmström.

Ces derniers mois, l'UE s'est démarquée par son activisme commercial. Un accord d'envergure a été finalisé en décembre 2017 avec le Japon. Bruxelles travaille aussi à la modernisation de traités existants avec le Mexique ou le Chili. Un dynamisme étroitement lié au virage protectionniste opéré par les Etats-Unis de Donald Trump.

« Avec le discours très négatif des Etats-Unis sur le commerce, nous les Européens, nous voulons montrer que l'on peut continuer à avancer de façon responsable, explique Cecilia Malmström. Nous essayons de créer un cercle d'amis avec ceux qui croient que le commerce est une bonne chose et qu'il ne consiste pas à se punir les uns...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer