Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Liban de plus en plus menacé par le conflit syrien

Reuters22/10/2012 à 15:48

par Samia Nakhoul

BEYROUTH (Reuters) - L'attentat qui a coûté la vie à Wissam al Hassan, chef d'une branche des services de renseignement libanais, restera sans doute comme l'acte le plus déstabilisant depuis l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, en février 2005.

Reste à savoir s'il s'agit de représailles ponctuelles ou du début d'une nouvelle campagne de violences orchestrée par Damas et ses alliés, que beaucoup de Libanais soupçonnent de vouloir exporter un conflit syrien de plus en plus proche de celui qu'ils ont eux-mêmes vécu.

Toujours marqué par les tensions confessionnelles héritées de la guerre civile qui a fait rage de 1975 à 1990, le pays du Cèdre reste trop fragile pour faire face à une telle situation.

Les obsèques de Wissam al Hassan, qui se sont déroulées dimanche à la mosquée Rafic Hariri, ont tourné à la mobilisation contre le régime de Bachar al Assad et ses alliés locaux.

En août, les services de renseignement des forces intérieures qu'il dirigeait ont arrêté Michel Samaha, ancien membre du gouvernement libanais et proche du président syrien, ce qui serait à l'origine de l'attentat de vendredi.

Soupçonné d'avoir transporté des bombes assemblées en Syrie et destinées à attiser les tensions religieuses au Liban, Michel Samaha a été mis en examen, tout comme deux militaires syriens, dont le général Ali Mamlouk. Il s'agissait d'une humiliation sans précédent pour l'ancienne puissance tutélaire.

Wissam al Hassan, qui était en outre chargé de l'enquête sur l'assassinat d'Hariri, a par ailleurs découvert des éléments confondants à la fois pour Damas et ses alliés du Hezbollah libanais, dont plusieurs membres ont été mis en cause par la justice internationale.

"LE DÉBUT D'UNE SPIRALE"

"Il y a une probabilité que ce soit le début d'une nouvelle période marquée par les assassinats, les attentats et d'autres problèmes", dit Sarkis Naoum, éditorialiste libanais et spécialiste de la Syrie. "L'incitation aux violences confessionnelles progresse et l'assassinat d'Hassan a envenimé les choses. Il se pourrait que ce soit le début d'une spirale très dangereuse. Tout peut arriver", souligne-t-il.

Les assassins d'Hassan n'ont pas seulement éliminé le plus haut responsable des services de renseignement, qui s'intéressait à tous les acteurs de la région et avait déjoué plusieurs complots ces dernières années. Ils ont adressé un avertissement à tous ceux qui seraient tentés de s'en prendre aux intérêts syriens.

"Quels que soient ses auteurs, ils voulaient faire savoir que personne n'est à l'abri, qu'ils peuvent frapper les services de renseignement au plus haut niveau", estime le journaliste beyrouthin Rami Khouri.

"Wissam al Hassan avait un ennemi : Bachar al Assad", affirme Nouhad Machnouk, membre du Mouvement du 14 mars, parti d'opposition dirigé Saad Hariri, le fils de l'ex-premier ministre.

"Il y a une histoire difficile entre Wissam al Hassan et la Syrie, l'Iran et leurs allés libanais", confirme un membre des services de sécurité locaux. "Tous les services d'espionnage et de renseignement du monde sont présents au Liban. Ils versent de grosses sommes d'argent pour obtenir des informations et de nombreuses gâchettes locales proposent leurs services".

DEUXIÈME ÉTAPE

La colère manifestée dimanche lors des obsèques de Wissam al Hassan a donné un premier aperçu des risques que son assassinat fait courir au Liban. Après son inhumation, la foule a tenté de prendre d'assaut les bureaux du Premier ministre, Nadjib Mikati. "Mikati, démission !", ont scandé les manifestants, accusant le gouvernement, où prosyriens et pro-iraniens sont majoritaires, d'avoir manqué à son devoir en matière de sécurité.

Le Premier ministre, un sunnite que beaucoup jugent trop conciliant envers leHezbollah chiite, a présenté sa démission, mais le président Michel Souleimane l'a refusée et l'a invité à "rester à son poste pour empêcher le Liban de sombrer dans le chaos".

La guerre civile syrienne a d'ores et déjà débordé à Tripoli, dans le nord du Liban, théâtre d'affrontements entre sunnites et alaouites, branche du chiisme à laquelle appartient Bachar al Assad. Des villages frontaliers ont été bombardés à plusieurs reprises par les forces syriennes, qui soupçonnent l'existence d'un trafic d'armes et de combattants via le Liban.

"La violence n'a cessé de croître et on passe maintenant à l'étape suivante, celle des assassinats, des attentats et, peut-être, des affrontements. C'est terrible, mais ce n'est pas une surprise", observe Rami Khouri, selon lequel Hassan a été tué parce que son enquête menaçait certaines hautes personnalités.

Pour Richard Norton, spécialiste du Moyen-Orient à l'université de Boston, il est encore trop tôt pour désigner ses assassins. "Toutefois, il ne fait aucun doute que la mort d'Hassan va redonner le sourire à Assad et aux siens", écrit-il.

Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.