1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le lambi, espèce en voie de disparition, au cœur d'un trafic aux Antilles
Le Parisien06/11/2019 à 13:31

Le lambi, espèce en voie de disparition, au cœur d'un trafic aux Antilles

Quand elles ont intercepté un navire « fortement motorisé », aussi appelé go-fast, entre l'île indépendante de Sainte-Lucie et la Martinique, les douanes françaises ne sont pas tombées sur de la drogue planquée en soute mais... sur 800 kg de Strombus gigas, autrement dit du lambi !Ce n'était pas la première fois que les deux occupants du navire faisaient la navette. Entre le printemps et le 3 octobre, date de leur interpellation en mer, ils ont admis avoir effectué cinq rotations et transporté 3,2 t de ce coquillage star de la gastronomie antillaise.Espèce en voie de disparitionComment cet animal s'est-il retrouvé au cœur de ce trafic, comme c'est d'ailleurs le cas pour d'autres espèces menacées ? Ce mets réputé, qui fait l'objet d'une pêche traditionnelle en Martinique et en Guadeloupe, a été victime de surexploitation et se fait de plus en plus rare sur les étals, notamment depuis que la Jamaïque, seul pays d'importation légal vers la France, a dû stopper ses ventes au printemps pour cause de surpêche.Et quand le gastéropode ne finit pas dans l'assiette en fricassée avec un peu de piment ou en salade, c'est sa coquille recouverte de nacre rose que les touristes rapportent en souvenir. Elle peut peser jusqu'à 3 kg et mesurer 30 cm de long.L'espèce, dont le prix de vente au détail peut atteindre 25 € le kilo, est en voie de disparition et son commerce fortement réglementé par la convention de Washington. « Une activité de commerce illicite s'est développée avec certaines îles voisines des Antilles françaises », pointe l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), alors que la France est le deuxième importateur de ce mollusque, toutefois loin derrière les Etats-Unis (Porto Rico compris).Bateaux, ports, restaurants : 180 sites contrôlésD'où l'opération « lambi » qui vient de se dérouler dans les Antilles françaises sous la houlette de l'ONCFS et de l'Agence ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer