Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Kenya détruit un vaste stock d'ivoire

Reuters30/04/2016 à 17:39

PLUS DE 100 TONNES D'IVOIRE DÉTRUITES AU KENYA

par Ben Makori

NAIROBI (Reuters) - Le président kényan Uhuru Kenyatta a mis le feu samedi à des milliers de défenses d'éléphant et de cornes de rhinocéros pour afficher la détermination de son pays à lutter contre le trafic d'ivoire.

Quelque 105 tonnes d'ivoire provenant d'environ 8.000 animaux ont été détruites par les flammes sur le site du parc national de Nairobi, proche de la capitale.

Avant de procéder à l'incinération, la plus importante du genre, le chef de l'Etat a répondu aux critiques déplorant la perte pour le Kenya d'un tel trésor, estimé à 150 millions de dollars environ sur le marché noir.

"Pour nous, l'ivoire ne vaut rien sauf lorsqu'il est sur nos éléphants", a déclaré Uhuru Kenyatta.

Richard Leakey, célèbre anthropologue et défenseur de l'environnement, a exhorté d'autres pays à suivre les pas de Nairobi et à détruire eux aussi leurs stocks d'ivoire.

SOUTIEN DE LA FRANCE ET DU GABON

Le Kenya réclamera une interdiction totale des ventes d'ivoire dans le monde lors de la prochaine conférence des parties de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), en septembre-octobre à Johannesburg.

La vente d'ivoire est interdite au niveau mondial depuis 1989, mais pas la revente d'ivoire obtenu avant cette date.

La ministre française de l'Environnement Ségolène Royal, présente lors de cette cérémonie, a annoncé dans un communiqué qu’elle "entend(ait) interdire tout commerce d’ivoire sur le territoire français, sauf dérogation exceptionnelle, et qu’elle portera(it) cette mesure au niveau européen."

Nairobi a également le soutien d'Ali Bongo. "A tous les braconniers, à tous les acheteurs, à tous les trafiquants, vos jours sont comptés", a lancé le président gabonais, présent lui aussi.

Le braconnage d'éléphants a connu un pic entre 2010 et 2012, pendant lesquelles environ 100.000 éléphants ont été tués. Dans les années 1970, l'Afrique comptait 1,2 million d'éléphants, contre 400.000 à 450.000 aujourd'hui.

La situation des rhinocéros est plus précaire. Il y en a moins de 30.000 en Afrique et une espèce, le rhinocéros blanc du Nord, est au bord de l'extinction.

L'engagement pris l'an dernier par les Etats-Unis et la Chine, deux des plus gros marchés de l'ivoire, de mettre en place des interdictions quasi totales des importations et des exportations d'ivoire a contribué à faire baisser les prix de l'"or blanc".

Mais le prix des cornes de rhinocéros continue à augmenter, selon les défenseurs de l'environnement. Les patrouilles armées instaurées dans les réserves et d'autres mesures ont permis de réduire le braconnage mais l'avenir du rhinocéros reste sombre.

Le Kenya, qui comptait 20.000 rhinocéros dans les années 1970, n'en avait plus que 400 dans les années 1990. Il compte aujourd'hui environ 650 rhinocéros noirs. Les trois derniers rhinocéros blancs du Nord vivent dans une réserve et les scientifiques ont engagé une course contre la montre pour trouver le moyen de les reproduire artificiellement.

Les braconniers peuvent toucher sur les marchés locaux quelque 50.000 dollars pour les cornes d'un seul rhinocéros, soit l'équivalent de multiples années de salaire.

(Ben Makori, avec Myriam Rivet à Paris; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.