Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le jour où la RDA a éliminé l'URSS de ses JO
So Foot20/04/2020 à 06:00

Le jour où la RDA a éliminé l'URSS de ses JO

Un monde oublié. Deux pays qui ne figurent plus sur la carte. Le 29 juillet 1980, l'URSS affronte la RDA lors des demi-finales du tournoi olympique de Moscou et s'incline sur un but de Wolf-Rüdiger Netz. Cet épisode, qui aurait dû être vécu comme un petit cataclysme, a finalement été rangé au rang de simple péripétie d'une compétition de second rang.

Moscou, juillet 1980. L'URSS accueille enfin les Jeux olympiques. Depuis son ralliement post-Seconde Guerre mondiale au "sport bourgeois" du CIO et alors que l'IRS (Internationale du sport rouge) a été enterrée, l'Union soviétique en rêvait afin de pouvoir étaler toute sa puissance et la supériorité du système socialiste. Seulement, entre-temps, les chars de l'Armée rouge sont entrés dans Kaboul et l'Oncle Sam, trop heureux de reprendre la main après sa défaite au Vietnam, a décidé de boycotter l'affaire, tout comme une cinquantaine de délégations, dont la Chine communiste et la majorité des pays arabo-musulmans. Tous sont outrés de voir les garants du marxisme-léninisme dévoiler leur surprenant visage impérialiste.

Faux amateurs, vrai match international ...


Ces olympiades perdent donc considérablement de leur intérêt, à l'exception peut-être du tournoi de football. Il faut dire que depuis 1952, les équipes de l'Est y raflent la quasi-intégralité des médailles, profitant d'un puritanisme coubertinicien qui proscrit le professionnalisme et la possibilité d'aligner la meilleure équipe nationale possible. Ainsi, le 29 juillet, les effectifs qui s'avancent devant les 95 000 spectateurs du stade Lénine n'ont que quelques étoiles : Matthias Müller, joueur du Dynamo Dresde, habitué des joutes européennes, d'un côté ; Aleksandr Tchivadze, titulaire régulier au Dinamo Tbilissi, futur vainqueur de la C2, de l'autre. Rinat Dassaiev est également un petit nom ronflant.

Le jour où la Roja a déclaré forfait face aux Rouges


L'hypocrisie ne berne plus personne et, en septembre 1980, Onze pose d'ailleurs clairement la question : "Faut-il supprimer le tournoi olympique, qui ne représente pas grand-chose si ce n'est des rencontres entre de faux amateurs et des professionnels débutants ?" Preuve en est, Thierry Roland, qui a fait le déplacement, se retrouve à commenter l'athlétisme plutôt Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer