Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Japon va continuer à chasser la baleine dans le Pacifique

Reuters18/04/2014 à 15:51

LE JAPON VA CONTINUER À CHASSER LA BALEINE DANS LE PACIFIQUE

TOKYO (Reuters) - Le Japon a maintenu vendredi sa campagne annuelle de chasse à la baleine dans le nord-ouest du Pacifique, à une échelle cependant plus réduite, près de trois semaines après un jugement de la Cour internationale de justice (CIJ) lui ordonnant de cesser cette pratique en Antarctique.

La CIJ, le plus haut tribunal des Nations unies, n'a pas mentionné le Pacifique dans son jugement rendu le 31 mars.

Lors de la campagne 2012-2013, les Japonais y avaient pourtant pêché trois fois plus de baleines qu'en Antarctique, y compris trois cachalots.

"Conformément au droit international et aux principes scientifiques, notre pays mènera une pêche à la baleine à des fins de recherche pour obtenir des informations scientifiques essentielles pour gérer les baleines comme ressource", a déclaré le ministre japonais de l'Agriculture, de la Forêt et de la Pêche, Yoshimasa Hayashi.

Il a toutefois ajouté que les quotas définis par Tokyo pour la chasse dans le Pacifique seraient réduits à la lumière du jugement de la CIJ. Un chiffre proposé ferait tomber le nombre de baleines tuées à 210 au lieu de 380. Pendant la campagne 2012-2013, le Japon a tué 319 baleines dans le Pacifique, contre 103 en Antarctique.

Tokyo a signé en 1986 le moratoire sur la pêche à la baleine mais a continué à capturer jusqu'à 850 petits rorquals par an dans les eaux de l'Antarctique, ainsi que des baleines à bosse, en invoquant un traité de 1946 qui autorise la pêche de ces mammifères marins à des fins de recherche scientifique.

La CIJ, saisie par l'Australie, a jugé que le nombre de cétacés tués chaque année par le Japon ne pouvait être justifié par un usage scientifique et a ordonné que plus aucune licence de pêche ne soit délivrée à cette fin.

Le Japon est l'un des trois pays qui chassent encore les baleines avec l'Islande et surtout la Norvège, ces deux pays pratiquant ouvertement une pêche commerciale. Oslo a fixé un quota annuel de 1.286 petits rorquals qui est de moins en moins souvent atteint en raison de la baisse de la demande.

(Elaine Lies; Tangi Salaün et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.