Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Japon sera bientôt marginal sur le marché des téléviseurs

Reuters10/10/2013 à 14:47

LE JAPON AURA BIENTÔT QUASIMENT DISPARU DU MARCHÉ DES TÉLÉVISEURS

par Reiji Murai et Sophie Knight

TOKYO (Reuters) - L'annonce par Panasonic de la prochaine fermeture de sa dernière usine de téléviseurs plasma ne fait que confirmer une issue inexorable: le Japon a pratiquement disparu du marché des téléviseurs, dont il avait fait un bastion de son empire technologique et économique.

L'âge d'or des années 1970 et 1980, durant lequel les Sony, Trinitron et autres Panasonic trônaient dans les salons américains et européens est bel et bien révolu. Et il aura fallu moins de dix ans pour que les constructeurs nippons battent en retraite sous les coups d'adversaires comme Samsung ou LG Electronics.

Panasonic cessera au plus tard en mars toute production de téléviseurs plasma, a-t-on appris de sources proches du dossier, qui confirment ainsi une information publiée par le quotidien Nikkei.

Cet arrêt, qui interviendra donc plus tôt que prévu initialement, illustre la volonté du président du groupe, Kazuhiro Tsuga, d'en finir avec les activités les plus mal en point pour se concentrer sur les produits à forte rentabilité et renouer avec les bénéfices après des années de pertes.

Le Japon ne comptera donc bientôt plus que trois usines d'écrans à cristaux liquides (LCD) co-détenues par Sharp et des sociétés étrangères, et quelques sites d'assemblage. Déjà, plusieurs grandes marques comme Toshiba ou Hitachi se contentent de sous-traiter la majeure partie de leur production à d'autres.

Comme les constructeurs américains et européens qu'ils ont poussé au dépôt de bilan ces 40 dernières années, les japonais peuvent mettre leur éviction du marché des téléviseurs sur le compte de l'appétit de leurs concurrents autant que sur celui de leurs erreurs stratégiques.

"Ce n'est pas seulement un échec des entreprises japonaises. C'est aussi le résultat des progrès rapides de leurs concurrents", explique Kun Soo Lee, analyste du cabinet d'études spécialisé iSuppli. "Les entreprises japonaises ont sans doute été un peu sentimentales en sous-estimant la concurrence et elles n'ont pas élaboré une stratégie concurrentielle."

PRUDENCE

Faute d'avoir évalué correctement la capacité des nouveaux venus à se faire un nom sur le marché mondial, Sony, Panasonic, Sharp et Toshiba ont ainsi mal protégé leurs avantages technologiques, privilégié de grands projets gourmands en capitaux et tardé à s'adapter à l'évolution de la demande.

Le site de TV plasma de Panasonic à Amagasaki n'illustre que trop bien ces deux derniers éléments: la plus récente des lignes de production de cet énorme complexe situé entre Osaka et Kobe produisait depuis moins de deux ans lorsque la direction du groupe a décidé de la fermer.

La défaite du secteur japonais des téléviseurs est aussi à replacer dans le contexte de l'évolution de la consommation de programmes télévisés, avec l'essor des smartphones et des tablettes d'une part, de la vidéo à la demande et des contenus disponibles sur internet d'autre part.

Les ventes mondiales de téléviseurs ont baissé de 6,3% en 2012, leur première baisse en plus de dix ans, selon iSuppli et le marché des écrans plats est pratiquement arrivé à saturation.

Panasonic conserve une usine de téléviseurs LCD dans l'ouest du Japon mais il a annoncé son intention de consacrer à terme 80% des capacités du site aux produits mobiles.

Le groupe a aussi lancé un projet expérimental de production d'écrans OLED (à diodes électroluminescentes organiques), la technologie jugée la plus prometteuse aujourd'hui. Mais après quelque 10 milliards d'euros de pertes sur les deux derniers exercices, Kazuhiro Tsuga a prévenu qu'il serait prudent en matière d'investissement.

Avec Yoshiyuki Osada à Osaka et Mari Saito à Tokyo; Marc Angrand pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.