1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Guatemala bloque un bateau néerlandais proposant des avortements
Reuters24/02/2017 à 04:59

    PUERTO SAN JOSE, Guatemala, 24 février (Reuters) - L'armée 
guatémaltèque a arraisonné jeudi un navire transportant un stock 
de pilules abortives, l'empêchant ainsi d'embarquer à bord des 
femmes souhaitant interrompre leur grossesse, soulignant que les 
avortements sont interdits par la constitution du pays. 
    Le bateau, exploité par l'association néerlandaise pro-choix 
Women on Waves ("Femmes sur les vagues"), ainsi que certains des 
sept membres de son équipage, ont été placés en détention par 
l'armée alors qu'il avait jeté l'ancre dans un port privé de 
Puerto San José, ville située à 120 kilomètres au sud de la 
capitale, a déclaré Leticia Zenevich, porte-parole de 
l'association. 
    Cette dernière propose gratuitement des avortements non 
chirurgicaux à des femmes enceintes jusqu'à 10 semaines. 
L'association emmène ces femmes à bord de son bateau jusqu'aux 
eaux internationales, où les lois de pays interdisant 
l'avortement ne s'appliquent pas. 
    A bord, les femmes désireuses d'interrompre leur grossesse 
se voient administrer une pilule abortive, elles restent ensuite 
sur le bateau quelques heures pour observation puis sont 
ramenées à terre. 
    Le voyage entrepris par l'association est le premier depuis 
que le Maroc avait empêché son bateau d'entrer dans l'un des ses 
ports en 2012, a souligné Leticia Zenevich. 
    "Le Guatemala a été choisi parce que les lois sont très 
restrictives en matière d'avortement", a déclaré Quetzali 
Cerezo, directrice de l'association Women in Equity au 
Guatemala, qui aide Women on Waves. 
    Au Guatemala, où les églises catholique et évangélique sont 
encore très influentes, les avortements ne sont autorisés que si 
la vie de la mère est en péril. 
    Selon Women in Equity, association fondée en 1999, il y a 
quelque 65.000 avortements illégaux par an au Guatemala. 
 
 (Sofia Menchu, Benoit Van Overstraeten pour le service 
français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer