Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le grand retour de la France du "non" à l'Europe

Reuters 15/03/2012 à 19:15

"LA FRANCE DU NON" REVIENT EN FORCE DANS LA CAMPAGNE

par Yves Clarisse

PARIS (Reuters) - La France du "non" à la Constitution européenne effectue un retour en force dans la campagne pour l'élection présidentielle, un phénomène qui risque de compliquer la tâche du futur locataire de l'Elysée sur les scènes nationale et européenne.

A droite comme à gauche, de puissants courants obligent les principaux candidats, le président sortant Nicolas Sarkozy et le socialiste François Hollande, à tenir compte de cet électorat s'ils veulent être élus le 6 mai prochain, quitte à les décevoir au lendemain du scrutin.

"La France du 'non' n'a pas disparu après le référendum et l'adoption du traité de Lisbonne", déclare Thomas Klau, qui dirige le bureau de Paris du 'think tank' European Council on Foreign Relations (ECFR). "Il y a à droite comme à gauche un pourcentage significatif d'électeurs qui rejettent la construction européenne, en tout cas en l'état."

Le discours du Front national sur l'Europe complice d'une mondialisation sauvage destructrice de la prospérité nationale n'a pas changé depuis que Marine Le Pen a succédé à son père.

Mais elle a trouvé avec la crise des dettes souveraines un coupable désigné, l'euro, exigeant que la France en sorte, tout comme le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan.

Le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon ne va pas aussi loin mais ses revendications sont très radicales.

Son programme prévoit la renégociation du traité de Lisbonne qui a repris en 2007 le projet de Constitution rejeté par 55% de Français en 2005, la fin de l'indépendance de la Banque centrale européenne et la suppression de la "technocratie européenne".

"I'm dangerous" ("Je suis dangereux"), a dit Jean-Luc Mélenchon lors de son meeting de Clermont-Ferrand mercredi soir en allusion au "I'm not dangerous" de François Hollande.

Ni le président-candidat, ni son concurrent socialiste, dont le parti s'était déchiré sur l'Europe en 2005, n'ont adopté cette rhétorique mais ils doivent en tenir compte.

LA SURPRISE DE SARKOZY

"L'existence d'une France du 'non' et le fait que cela reste un des facteurs structurants de l'électorat français pèse sur la campagne et est à la fois un des éléments du succès relatif des programmes politiques des candidats comme Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen mais aussi un facteur qui explique la conduite des candidats de l'UMP et du PS", dit Thomas Klau.

"Aussi bien Nicolas Sarkozy que François Hollande doivent composer avec cet électorat potentiel qui est ou bien franchement souverainiste, ou bien hostile à la construction européenne telle qu'elle se présente actuellement."

Soucieux d'obtenir un bon report de voix pour l'emporter au second tour, le premier ne peut ignorer les voix de Marine Le Pen, qui se situe entre 16 et 19% des intentions de vote, et le second ne peut faire comme si les quelque 10% qu'obtiendrait Jean-Luc Mélenchon n'existaient pas.

Nicolas Sarkozy a donc surpris tout son monde dimanche dernier en exigeant une renégociation du traité de Schengen sur la libre circulation pour lutter contre l'immigration illégale et l'adoption de mesures potentiellement protectionnistes, assortissant ses revendications d'ultimatums à l'Union.

Quelques minutes avant son intervention, son conseiller spécial Henri Guaino avait fait référence à la nécessité de réconcilier les France du "oui" et du "non" à la Constitution.

François Hollande, lui, veut renégocier le traité européen sur la discipline budgétaire signé le 1er mars dernier pour y ajouter un volet d'encouragement à la croissance, même s'il n'entend pas remettre sur la table le traité de Lisbonne.

SANG-FROID DES AUTORITÉS EUROPÉENNES

"Il y a des partis qui présentent des positions, des candidats qui sont les représentants de ces partis, qui se présentent au suffrage, les Français feront leur choix au premier tour", a-t-il dit jeudi à des agences de presse.

Les autorités européennes font preuve d'un grand sang-froid face à ces revendications des deux principaux candidats, mettant toute cette agitation sur le compte de la campagne.

"Ce qui me frappe, c'est que jusqu'il y a quelques jours le mot 'Europe' n'apparaissait pas dans la campagne électorale", déclare un haut responsable européen qui est au coeur de la machine communautaire. "Après les élections, les choses ne se présenteront pas forcément de la même manière."

Si la renégociation du traité sur la discipline budgétaire est "impossible" selon lui, un texte séparé sur la croissance pourrait être aisément adopté par les Vingt-Sept.

Les revendications de Nicolas Sarkozy sont quant à elles en cours d'étude à Bruxelles, même si les solutions envisagées ne sont pas pour l'instant à la hauteur de ses demandes.

"S'il y avait de grandes menaces, pourquoi la France a-t-elle accepté l'intégration de la Bulgarie et de la Roumanie dans Schengen", a ironisé le responsable européen.

Les autorités européens font donc le pari que les propos de campagne seront vite modérés au lendemain du 6 mai, les ultimatums et revendications isolées, outils souvent utilisés par Londres, débouchant rarement sur des résultats.

"Une fois devant la réalité, l'idéologie et un certain populisme auront atteint leurs limites", explique-t-on.

Pour Thomas Klau, le rapport des forces au sein de l'UE mais aussi l'essentiel de l'électorat ne veulent pas renverser la table européenne, même si certaines revendications sont légitimes, la France n'étant pas le seul pays agité par des doutes sur la manière dont la construction européenne a évolué.

"La France du 'non' ne domine ni à droite ni à gauche. Les deux principaux partis, l'UMP comme le Parti socialiste, restent fermement engagés dans le processus de construction européenne et leur électorat ne le souhaite pas autrement", explique-t-il.

Avec Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.