Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement temporise sur le droit du travail

Reuters03/04/2015 à 10:01

LA RÉFORME DU MARCHE DU TRAVAIL N'EST PAS AU MENU DE LA CONFÉRENCE SOCIALE

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Malgré une pression croissante en faveur d'une réforme du marché du travail, François Rebsamen entend cantonner la conférence sociale organisée vendredi à un bilan de la loi sur la sécurisation de l'emploi de 2013, signe que l'exécutif n'est pas encore décidé à sauter le pas.

La question du contrat de travail n'est pas l'objet de cette réunion, pas plus que la modernisation du dialogue social sur laquelle une loi est en préparation, et il n'y a pas d'annonce à attendre, a prévenu jeudi l'entourage du ministre du Travail.

Le Premier ministre, Manuel Valls, et le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, ont pourtant multiplié les déclarations en faveur d'un aménagement du droit du travail, notamment en faveur des petites entreprises, pour dissiper leur "peur d'embaucher".

Leur crainte est que la reprise économique qui s'ébauche ne s'accompagne pas d'une baisse du chômage.

Le "défi le plus important" pour la France est de "réformer le marché du travail afin de promouvoir la création d'emploi", estime pour sa part dans un rapport publié jeudi l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Un point de vue partagé par des élus socialistes comme le maire de Lyon, Gérard Collomb, qui plaide dans l'hebdomadaire Challenges pour un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) "plus souple" assorti d'un système de formation plus efficace à destination des salariés les plus exposés au chômage.

D'autres élus du PS se montrent en revanche beaucoup plus réservés, voire hostiles à une telle réforme du code du travail.

François Rebsamen a estimé que toute réforme du contrat de travail ne pouvait venir que des partenaires sociaux. "Je ne serai pas le ministre du Travail qui réformera le code du travail, en tout cas le contrat de travail", a-t-il dit à iTELE.

La prudence semble aussi de mise du côté de François Hollande, soucieux de ménager les syndicats et de rassembler une majorité divisée sur ce dossier et fragilisée par sa quatrième défaite électorale en moins de trois ans, aux départementales.

LE MEDEF REVIENT À LA CHARGE

"Rien n'est tranché", dit-on dans l'entourage du chef de l'Etat. "Tout ça va atterrir gentiment. Personne ne pousse à une réforme fondamentale du contrat de travail."

L'exécutif est soucieux de favoriser les embauches dans les PME et très petites entreprises (TPE), ce qui sera l'objet d'une autre conférence sociale en juin. Mais "de là à en déduire qu'on va faire un CDI new look, il y a un monde", ajoute-t-on.

Du côté patronal, Medef et CGPME n'en ont pas moins l'intention de défendre vendredi leurs propositions visant à alléger les contraintes pesant, selon eux, sur l'emploi.

Dans un document dressant son propre bilan de la loi sur la sécurisation de l'emploi, le Medef propose de "sécuriser" le contrat de travail en y mentionnant des "motifs incontestables de rupture", comme la perte d'un marché ou la baisse du chiffre d'affaire de la société.

Il propose aussi d'étendre le dispositif de modulation des conditions de travail ou de rémunération par accord majoritaire d'entreprise en cas de difficultés économiques, mis en place par la loi de 2013, aux périodes de développement de la société, et d'autoriser l'employeur à se séparer des salariés refusant ces mesures sans que cela ait le statut de licenciement économique.

Seulement dix de ces accords de maintien dans l'emploi ont jusqu'ici été conclus, selon le bilan du ministère (quatre en 2013, cinq en 2014 et un en 2015), en majorité dans des PME.

La CGPME compte pour sa part remettre sur la table sa proposition de contrat de travail "de croissance", indexé sur des objectifs contractuels d'évolution de l'activité.

Autant de propositions qui se heurtent à une forte résistance des syndicats et seront au menu de réunions des partenaires sociaux les 7 et 18 mai.

Un agenda mis en avant par le ministère du Travail pour limiter les ambitions de la conférence de vendredi.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.