Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement taxé de déni après les départementales

Reuters30/03/2015 à 13:16

L'OPPOSITION TAXE LE GOUVERNEMENT DE DÉNI

PARIS (Reuters) - L'opposition a dénoncé lundi un décalage entre la détermination affichée par le gouvernement à poursuivre sa politique et les résultats des élections départementales marquées par la victoire de la droite, la défaite de la gauche et la percée du FN.

Quelques minutes après l'annonce des résultats dimanche soir, le Premier ministre Manuel Valls a imputé la cinglante défaite subie par son camp aux divisions de la gauche au premier tour et a promis de nouvelles mesures en faveur de l'investissement privé et public et de l'emploi.

Dans l'entourage de François Hollande, qui avait exclu il y a dix jours tout changement de ligne après le scrutin, on assure que le cap des réformes sera maintenu et on écarte tout remaniement gouvernemental dans l'immédiat.

"On a, après une telle claque électorale, un gouvernement, un président, qui disent 'oui on a perdu mais on ne change rien'", a dit la vice-présidente de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet sur France 2. "Hollande doit entendre le premier message, celui du rejet de la gauche à tous les niveaux, au niveau local au niveau national, du rejet de cette politique".

"Ce n'est pas une question de personne, c'est une question de politique", a-t-elle ajouté.

Pour Marine Le Pen, dont le parti n'a pas remporté de département mais a réalisé une percée, le FN pourrait tirer profit de ce qu'elle qualifie de "déni de réalité" aux prochaines élections.

"Il est en train de se passer quelque chose", a-t-elle estimé sur RTL. Mais "la classe politique est dans le déni, elle refuse de le voir et surtout elle refuse d'en tenir compte et c'est ça qui créera les victoires de demain".

"Il n'est plus possible aujourd'hui de faire une politique contre le peuple français", a-t-elle ajouté.

DÉNI

Dans les rangs des frondeurs, si on attribue également la défaite à la désunion de la gauche, on pointe des "orientations qui ont désarçonné" et on met en garde contre le statu quo.

"J'espère qu'on n'adoptera pas une position de déni à l'égard des raisons profondes de cette défaite", a déclaré l'ancien ministre Benoît Hamon sur RTL. "Si la seule leçon qu'on tire c'est d'adresser aux électeurs quelques conseils supplémentaires de patience parce que la croissance va revenir (...) je pense que ça ne suffira pas honnêtement".

"Les Français ont eu le sentiment qu'on leur faisait peser sur les épaules des efforts dont on ne leur avait pas parlé auparavant, là où d'autres étaient exonérés de ces efforts, je crois que c'est dans ce décalage que réside ce malentendu entre le peuple et la gauche du gouvernement".

Face à ce malentendu, le député des Yvelines appelle notamment le gouvernement à "prendre des mesures fortes à l'égard des retraités les plus modestes, à dégeler le point d'indice des fonctionnaires et à mettre des moyens pour les enseignants du premier degré".

Sur son compte Twitter, l'ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault appelle pour sa part la majorité à tirer les leçons de la défaite.

"Heureux que la Loire-Atlantique reste à gauche dans ce contexte de défaite pour la majorité qui devra en tirer les leçons", écrit le prédécesseur de Manuel Valls à Matignon.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.