1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement serre la vis sur l'assurance chômage, les syndicats "en colère"
AFP19/06/2019 à 11:58

Edouard Philippe et Muriel Pénicaud lors de la conférebce de presse pour présenter la réforme de l'assurance chômage, le 18 juin 2019 à Paris ( AFP / Lucas BARIOULET )

Le gouvernement a présenté mardi une vaste réforme de l'assurance chômage durcissant les règles d'indemnisation, renforçant l'accompagnement des chômeurs et frappant au portefeuille les entreprises abusant des contrats courts, une réforme immédiatement brocardée par les syndicats qui ont fait part de leur "colère".

La réforme vise jusqu'à 250.000 chômeurs en moins et 3,4 milliards d'euros d'économies d'ici fin 2021 pour désendetter l'Unedic, a expliqué Édouard Philippe, en présentant ces mesures à Matignon aux côtés de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

"Le système actuel dysfonctionne car les règles d'indemnisation incitent trop souvent au maintien d'emplois précaires et pas suffisamment au retour à l'emploi", a plaidé le Premier ministre pour qui cette réforme est "le troisième temps de la transformation de notre marché du travail" après celles du code du travail et de la formation professionnelle.

A partir du 1er novembre, il faudra avoir travaillé six mois sur les 24 derniers mois -- au lieu de quatre mois sur 28 -- pour accéder à l'assurance chômage et les conditions de "rechargement" des droits seront également durcies, passant d'un mois de travail à six mois.

Quant aux demandeurs d'emploi qui avaient un revenu de travail supérieur à 4.500 euros brut par mois, ils verront leur indemnisation réduite de 30% à partir du septième mois, à l'exception des plus de 57 ans et avec un plancher de 2.661 euros nets.

"À la demande du patronat, ce gouvernement organise la baisse massive du paiement des qualifications et de l'expérience accumulée tout au long de la carrière", s'est emportée l'Union des cadres CGT. "Un jour funeste", pour François Hommeril (CFE-CGC).

Mesures et calendrier de la réforme de l'assurance chômage en France, présentée le 18 juin ( AFP / )

A partir du 1er avril, le mode de calcul de l'indemnisation sera également modifié de façon à ce "qu'à travail égal, allocation égale", selon Muriel Pénicaud. Les règles actuelles sont plus favorable aux personnes alternant inactivité et contrats courts qui peuvent aussi dans certains cas toucher plus au chômage que leur ancien salaire mensuel.

Dans son entourage, on reconnait que 6 à 700.000 personnes sont "potentiellement impactées" par ces mesures mais on table sur "des effets de comportement" par la modification des règles.

"Aucun pays de l'OCDE n'a atteint le plein emploi sans une profonde réforme de l'indemnisation chômage", assume-t-on. 

Un système de bonus-malus sur les contrats courts va être mis en œuvre le 1er janvier 2020 dans sept secteurs de l'économie, dont l'hébergement et la restauration ou encore l'agroalimentaire mais pas dans le bâtiment et la santé. Une taxe de 10 euros par CDD d'usage va être créée pour ce contrat spécifique.

Mme Pénicaud a par ailleurs annoncé le recrutement de plus de 1.000 nouveaux conseillers Pôle emploi pour trois ans, afin de proposer de nouveaux services d'accompagnement à partir de janvier 2020, mettant fin à trois années de diminution d'effectifs. 

Par ailleurs la réforme élargit les droits au chômage pour les démissionnaires et indépendants.

Mme Pénicaud a précisé que les mesures ne s'appliqueraient pas aux chômeurs actuels, sauf dans les cas de rechargement des droits.

- "Injuste" et "inique" -

Des mesures immédiatement fustigées par les syndicats auxquels elles ont été présentées juste avant la conférence de presse du gouvernement, les partenaires sociaux ayant été tenus à l'écart des arbitrages. 

Laurent Berger (CFDT) les a qualifiées de "profondément injustes" et "extrêmement dures" pour les personnes précaires alternant périodes d'emploi et de chômage. Et la réforme ne "responsabilise qu'en partie" les entreprises "qui usent et abusent de la précarité", selon lui. 

Catherine Perret (CGT) a jugé la réforme à la fois "inique" et "inefficace". "Il y a un chômeur sur deux qui est indemnisé. Avec la réforme du gouvernement, c'est un sur trois", a-t-elle calculé. 

Le numéro un de FO, Yves Veyrier, a fustigé "un raisonnement consistant à faire le procès des salariés précaires qui seraient responsables de leur situation". 

Des critiques relayées par les députés PS, PCF et LFI, qui ont dénoncé un "mauvais coup" et une réforme de "petit comptable" qui "rabougrit" le droit à l'indemnisation.

Côté patronal, c'est le bonus-malus sur les contrats courts qui fait grincer des dents. Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) a regretté une mesure "inefficace qui découragera l'emploi". Pour François Asselin (CPME), "un employeur va réfléchir à deux fois" avant d'embaucher. 

Le secteur de l'hôtellerie-restauration juge la mesure "discriminatoire" dans un communiqué intitulé "pourquoi seuls sept secteurs concernés?"

Après l'échec des négociations entre patronat et syndicats cet hiver, c'est la première fois depuis 1982 que l'Etat redéfinit seul les règles d'indemnisation. Les derniers changements étaient entrés en vigueur à l'automne 2017. 

map-far-bow-cel/nm

69 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jpam
    19 juin13:49

    Par ailleurs, il serait souhaitable que les abus les plus criants, ceux des "intermittants" du spectacle, soient traité par cette réforme. Hélas, comme trop souvent avec LaRem on fait les choses à moitié, voire au tiers. C'est mieux que rien, mais une fois de plus on va sans doute focaliser sur les classes moyennes supérieures qui sont taxables et corvéables à merci. Mais ceci semble satisfaire les gorupies de LaRem....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer