1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le gouvernement serein face aux mobilisations

Reuters19/04/2018 à 10:34

LE GOUVERNEMENT SEREIN FACE AUX MOBILISATIONS

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a défendu jeudi un dialogue sans "mollesse" et démenti toute convergence des luttes sur fond de journée de mobilisation interprofessionnelle à l'appel de la CGT, notamment dans les gares, les universités et l'énergie.

La veille, Emmanuel Macron avait exhorté les syndicats de la SNCF à cesser de bloquer le pays et "ne pas (le) prendre en otage dans cette affaire".

"Je ne crois pas dans la convergence des luttes. Il y a des colères, mais je ne vois pas de points communs", a assuré le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, sur BFM TV.

"Ne confondons pas totalement la grogne sociale et les Français", a déclaré pour sa part son collègue de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, sur RTL. "La méthode du gouvernement d'Emmanuel Macron ça a toujours été le dialogue mais le dialogue ne veut pas dire la mollesse."

Si l'appel de la CGT n'a pas été suivi jeudi par les autres syndicats représentatifs du secteur privé, on dément dans ses rangs un affaiblissement du rapport de force après l'adoption à l'Assemblée du projet de loi de réforme de la SNCF.

Dans le sillage des annonces du gouvernement en début de semaine sur la filialisation du fret de la SNCF et la fin de l'embauche au statut de cheminot à compter de 2020, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, qui réfute par ailleurs une logique de convergence, met en garde contre un passage en force.

"On a un gouvernement qui est précis dans les annonces qui heurtent les cheminots, je parle de la filialisation du fret, de l'annonce d'une date précise pour la fin du statut, sans en avoir parlé avant aux cheminots lors des réunions bilatérales, et par contre qui est beaucoup moins précis sur la façon dont sera reprise la dette", dit-il sur Public Sénat.

"C'est une façon de faire qui est totalement improductive s'il y a une volonté de sortir de ce conflit", prévient-il.

"BLOC CONTRE BLOC"

Il estime en outre que le gouvernement tente de se jouer des divisions syndicales: "Il y a une petite tentative de faire du bloc contre bloc, c'est-à-dire à la fin il faut un gagnant et un perdant."

La grève a réduit jeudi la création d'énergie dans les centrales nucléaires et de charbon de plus de 4 gigawatts, a indiqué le gestionnaire des lignes à haute tension françaises, RTE.

A la RATP, où un préavis de grève a été déposé par les quatre syndicats représentatifs, le trafic était normal dans les bus, trams et métros tandis que sur les RER A et B, seul un train sur deux circulait selon les portions.

La SNCF prévoit des perturbations identiques à mercredi, avec deux trains en circulation sur cinq pour les TER et Transilien, un train Intercités sur quatre, trois sur quatre pour les liaisons internationales et un TGV sur trois, alors que le taux de grévistes s'érode.

A Lille, des dizaines de cheminots ont investi jeudi matin vers 07h30 (05h30) les abords de la gare de Lille Flandres et se sont installés sur les voies. Ils y ont déclenché des fumigènes, bloquant la totalité du trafic alors que des trains (TGV et TER) s'apprêtaient à partir.

Dans le centre-ville, quelques dizaines de syndicalistes étudiants bloquaient depuis 07h00 (05h00) les accès de Sciences Po Lille empêchant les étudiants d'y pénétrer.

(Julie Carriat, Myriam Rivet et Pierre Savary, édité par Yves Clarisse)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • franck8
    19 avril10:52

    "Serein" : s'ils le disent ....

    Signaler un abus

  • franck8
    19 avril10:51

    "Serein" : s'ils le disent ....

    Signaler un abus

  • franck8
    19 avril10:51

    "Serein" : s'ils le disent ....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer