Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement se dit solidaire de Jérôme Cahuzac

Reuters05/12/2012 à 14:50

CAHUZAC SE DÉFEND FACE AUX ACCUSATIONS DE MEDIAPART

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français est "évidemment" aux côtés de Jérôme Cahuzac, qui a annoncé son intention d'attaquer en justice le site Mediapart pour se défendre d'accusations selon lesquelles le ministre du Budget aurait disposé jusqu'en 2010 d'un compte bancaire en Suisse, a déclaré Najat-Vallaud Belkacem.

"Face aux allégations, Jérôme Cahuzac a rétabli les faits et le gouvernement est évidemment à ses côtés dans cet épisode désagréable", a indiqué la porte-parole du gouvernement lors du compte rendu du conseil des ministres.

Le ministre délégué au Budget s'est défendu sur RTL, assurant que le compte bancaire suisse mentionné par Mediapart "n'existe pas".

"La difficulté que j'affronte, c'est que je dois prouver que quelque chose n'existe pas, c'est la raison pour laquelle je vais en justice", a-t-il dit.

"En justice, mes accusateurs devront prouver que leurs allégations sont fondées, ils auront du mal", a-t-il ajouté.

Selon Mediapart, ce compte suisse, ouvert auprès de la banque UBS, a été fermé début 2010 juste avant que Jérôme Cahuzac ne prenne la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Interrogé sur une note d'un agent du fisc le concernant dont fait état Mediapart et qui mentionnerait l'existence d'une villa à Marrakech et d'une résidence à La Baule, Jérôme Cahuzac a parlé "d'accusations délirantes".

Pour répondre à cette note, qui soulève des doutes sur le financement de l'acquisition d'un appartement parisien, le ministre a annoncé son intention de publier le plan de financement sur son blog, précisant qu'il avait réalisé un apport personnel de 15% du total, "un montant assez banal".

Prié de dire s'il envisageait de mettre ses fonctions entre parenthèses pour se défendre, il a indiqué : "Absolument pas, pas une seconde".

MEDIAPART PERSISTE ET SIGNE

Interrogé sur Europe 1, l'avocat du ministre, Gilles Auguste, a assuré que ses biens immobiliers étaient limités à un appartement avenue de Breteuil à Paris et une maison en Corse qui lui a été léguée par ses parents mais qu'il n'en possédait "ni à la Baule, ni à Marrakech, ni au Mexique, ni de compte en Suisse".

Toujours sur Europe 1, le journaliste Fabrice Arfi, de Mediapart, a assuré que le site disposait "des preuves matérielles" à l'appui de ses accusations.

"Nous les sortirons le moment venu, au tribunal ou peut-être avant. Dans un dossier comme celui-là, Mediapart ne peut pas se permettre de se tromper et si nous affirmons qu'il a détenu un compte à l'UBS, c'est que nous avons les preuves", a-t-il dit.

Aujourd'hui à la retraite, l'agent du fisc mentionné par le site, Rémy Garnier, a déclaré à Europe 1 qu'il n'avait "rien à dire pour l'instant" sur l'existence d'un éventuel compte suisse de Jérôme Cahuzac.

Mais il a accusé le ministre d'avoir "perdu toute crédibilité" pour avoir refusé de le soutenir face à sa hiérarchie dont il avait mis en cause la probité.

Rémy Garnier, qui a été reçu par Jérôme Cahuzac, s'est dit victime d'une "omerta depuis de nombreuses années" et reproche à l'administration fiscale de lui avoir "tendu un piège au lieu d'utiliser (ses) qualités".

Sur i>télé, le député UMP Laurent Wauquiez a pressé Jérôme Cahuzac d'apporter des preuves pour se disculper.

"Il y a quelques mois, toute info de Mediapart était considérée par la gauche comme information établie", a déclaré l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy.

"On attend de la part du ministre qu'il apporte des preuves (...) Il faut qu'il dissipe les choses. On ne peut pas avoir le soupçon qu'il se soit soustrait à la solidarité nationale. On ne peut pas avoir des doutes sur quelqu'un de cette nature."

Yann Le Guernigou, avec Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.