Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement reste ferme sur le tiers payant

Reuters06/01/2015 à 13:28

LE GOUVERNEMENT RESTE FERME SUR LE TIERS PAYANT

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a réitéré mardi sa volonté d'aller de l'avant sur la généralisation du tiers payant, sans pour autant fermer la porte à des négociations sur sa mise en oeuvre avec les médecins généralistes, vent debout contre cette réforme.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine a déclaré sur BFM TV que le tiers payant, qui permet aux patients de pas avancer d'argent lors d'une consultation, était "un élément fondamental" de son projet de loi santé.

Elle s'est engagée à mettre en place un système, "simple", "rapide et efficace", comme l'a demandé lundi François Hollande.

"Le tiers payant est un des socles de la loi (...) évidemment qu'il sera maintenu", a-t-elle dit, alors que les médecins généralistes étaient appelés mardi à une nouvelle journée de fermeture de leurs cabinets par les syndicats.

Sur France 2, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a souligné pour sa part qu'il constituait "un progrès pour tous les patients, un engagement pris dans le cadre de la préparation et la présentation de cette loi" qui sera débattue au printemps au Parlement.

"Il faut tout faire pour mettre en oeuvre le tiers payant mais le faire en écoutant et en respectant ce que disent les médecins", a-t-il ajouté.

Marisol Touraine a revendiqué le soutien des associations de patients et de consommateurs ainsi que des syndicats et mis en garde les médecins, appelés par leurs syndicats à boycotter la Carte vitale et à revenir aux feuilles de remboursements de soins.

UN COMBAT POUR LA SAUVEGARDE DU SYSTÈME FRANÇAIS

"Je leur dis avec une certaine solennité que ce ne serait pas responsable vis-à-vis de leurs patients", a-t-elle déclaré, en soulignant que, avec l'arrêt de la télétransmission des feuilles de soins, "on passera de quelques jours (pour le) remboursement à plusieurs semaines."

"Je n'imagine pas qu'un médecin qui est rémunéré pour télétransmettre ne se préoccupe pas de la situation dans laquelle sont ses patients", a ajouté la ministre, qui doit recevoir mardi et mercredi les deux principaux syndicats de médecins généralistes, MG France et la CSMF.

Dans un communiqué, cette dernière dit que son combat contre l'extension du tiers payant "est un combat pour la sauvegarde du système de soins libéral à la française, celui auquel les patients sont attachés et que de nombreux pays nous envient".

Elle aurait pour conséquence, selon l'organisation, "de transformer les médecins libéraux en bureaucrates pour tenter de récupérer leurs honoraires éclatés entre les caisses d'assurance maladie et les quelque 500 régimes complémentaires santé", mais aussi "de faire exploser la consommation médicale, puisque les soins apparaîtront comme gratuits."

Jean-Paul Hamon, président de la FMF (Fédération des médecins de France), a accusé pour sa part Marisol Touraine de vouloir "noyer sous la paperasse" les médecins.

"Elle appelle à notre responsabilité en ce qui concerne le tiers payant mais je vous assure que les patients nous soutiennent intégralement", a-t-il dit.

Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a prévu de rencontrer ce mardi les représentants d'une dizaine de d'organisations de médecins et de pharmaciens.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.