1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement profite du succès d'«House of Cards» pour promouvoir ses lois
Le Parisien01/03/2015 à 15:19

Le gouvernement profite du succès d'«House of Cards» pour promouvoir ses lois

Un peu de légèreté dans les couloirs de Matignon. Ce week-end, le Service d'information du gouvernement (SIG) a profité de la diffusion sur Canal + de la très populaire série «House of Cards» pour mettre en avant certaines dispositions censées empêcher en France les dérives du pouvoir décrites dans la série américaine. L'utilisation du hashtag (mot clé) #HouseOfCards, très en vogue sur Twitter ces derniers jours, a ainsi permis d'attirer le regard des internautes.

La sortie intégrale et inédite de la saison 3 des aventures de Frank Underwood, homme politique ambitieux joué par Kevin Spacey et prêt à tout pour accéder à la Maison Blanche, était incontestablement l'événement télé du week-end. Quelle meilleure opportunité pour parler de toutes les lois qui tendent à garantir la liberté de la presse et la transparence de la vie politique chère à François Hollande? Le SIG s'en est saisi avec beaucoup d'humour.

La presse plus libre qu'avec Underwood au pouvoir

Attention à ceux qui n'auraient pas vu la fin de la saison 2, les tweets de samedi révèlent quelques éléments centraux de l'histoire. Par exemple, lorsque Canal + écrit sur le réseau social «Maintenant qu'il est président, les journalistes n'ont qu'à bien se tenir», le gouvernement français répond: «Frank n'en a pas fini avec la presse libre» car, en France, «en 2015, le Parlement a voté des dispositifs qui encouragent le financement des entreprises de presse par des particuliers.»

.@seriescanalplus Frank risque de mal digérer ses ribs, il n'en a pas fini avec la #presse libre #HouseOfCards #Canal pic.twitter.com/TiM85FU4JX-- Gouvernement (@gouvernementFR) 28 Février 2015

C'est en effet ledit «amendement Charb», voté après les attentats contre Charlie Hebdo et l'hyper casher de Vincennes, qui prévoit désormais une réduction d'impôts de 30% à 50% pour les particuliers qui veulent souscrire au capital d'une entreprise de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer