Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le gouvernement planche sur un plan global pour Marseille

Reuters 06/09/2012 à 11:10

LA VIOLENCE À MARSEILLE AU CENTRE DES PRÉOCCUPATIONS

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, réunira jeudi douze ministres pour tenter d'élaborer un programme d'action destiné à enrayer la violence endémique qui règne à Marseille, secouée par des règlements de comptes sanglants.

Le gouvernement n'entend pas aborder le sujet sur le seul angle de la sécurité mais prendre en compte tous les paramètres, de la prévention au traitement social ou au logement.

Jean-Marc Ayrault a assuré la semaine dernière que cette réunion était le fruit d'un travail engagé depuis le mois de juillet, mais les récents règlement de comptes - 20 morts depuis le début de l'année dans la région - l'ont sans doute décidé à accélérer le tempo.

Il a invoqué la nécessité de "montrer la détermination du gouvernement à ne pas laisser les choses dériver" dans cette ville mais les élus locaux voudraient des mesures concrètes.

Dans le quotidien Metro, la ministre déléguée à la Précarité, Marie-Arlette Carlotti, explique qu'il s'agit pour le moment de faire un "état des lieux".

Ce comité "n'est pas un plan Marshall pour Marseille. Il n'y aura pas d'effets d'annonces intempestives, mais des dispositions seront prises et il y aura un suivi continu de la ville", a ajouté cette élue de la cité phocéenne.

Les ministres de l'Intérieur, de droite comme de gauche, ont multiplié les visites à Marseille depuis trois ans, sur fond de flambée de la criminalité dans les quartiers Nord où se trouvent les cités et de polémique sur les réponses à y apporter.

L'exécutif a opposé une fin de non recevoir à la suggestion de sénatrice-maire PS des 15e et 16e arrondissements de la ville, Samia Ghali, qui voulait faire intervenir l'armée.

"GUERRES DES BANDES"

Manuel Valls a accusé pour sa part de démagogie le maire UMP Jean-Claude Gaudin, qui demandait que toute la ville soit classée en ZSP, ces zones de sécurité prioritaire annoncées au coeur de l'été par le ministre de l'Intérieur.

Le syndicat Unité SGP police, première organisation pour la police en tenue, insiste sur le fait que Marseille "n'est pas une zone de non-droit ni un Fort Chabrol permanent" comme tentent de le laisser croire les gesticulations politiques.

Dans une analyse publiée avant la réunion de jeudi, il souligne que la montée de la violence dans la cité phocéenne est surtout liée au trafic de stupéfiants.

"Les règlements de compte sont essentiellement liés aux guerres de bandes qui se disputent le leadership du marché. On peut mesurer l'erreur d'avoir délaissé des quartiers entiers, désormais otages de la criminalité", écrit-il.

Selon le syndicat, barricader les cités au nord de Marseille serait une erreur car les trafics se déplaceraient et il faut au contraire ouvrir ces sites aux services publics et rétablir le lien entre la police et la population.

Concernant la délinquance globale, Unité SGP police rappelle que les atteintes aux personnes ont progressé de 6,60 % en 2011 dans les Bouches-du-Rhône, et de 5,22 % sur Marseille. Mais que les sept premiers mois de l'année 2012 affichent un recul de 1,75 % sur le département et 2,22 % sur Marseille.

Le syndicat soulève également la question des effectifs, affirmant que les renforts promis par le précédent gouvernement n'ont pas eu de traduction concrète.

Les policiers actifs seraient passés en mai dernier de 3.643 agents à 3.610 agents, soit un déficit de 33 policiers essentiellement constaté sur Marseille, dit-il.

Selon lui, l'Etat ne montrera vraiment sa détermination que si 300 policiers supplémentaires sont affectés dans le département, dont 100 uniquement dédiés aux quartiers placés en ZSP.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.