Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement ouvre le jeu sur les intermittents

Reuters16/06/2014 à 23:17

LES INTERMITTENTS EN FRANCE

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé lundi des décisions dès la fin de la semaine face à la mobilisation des intermittents du spectacle qui menace les festivals de l'été et a promis une "remise à plat" d'un régime "à bout de souffle".

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a annoncé que la concertation prévue par l'accord contesté entre l'Etat, le patronat et les syndicats serait avancée au début de l'été, ce qui pourrait ouvrir la voie à des aménagements.

Une foule bariolée composée de milliers d'intermittents, accompagnés d'artistes de renom, a manifesté lundi devant le ministère de la Culture à Paris avant de se diriger vers Matignon aux cris de "On ne va rien lâcher".

Dans l'après-midi, une délégation syndicale a quitté une réunion avec le gouvernement, dans le cadre d'un Conseil national des professions du spectacle, en reprochant à l'exécutif de "souffler le chaud et le froid".

"Nous ne pouvons nous contenter des déclarations d'amour d'Aurélie Filippetti nous disant que nos propositions alternatives sont intelligentes et doivent être prises en compte", a déclaré la CGT-Spectacles dans un communiqué.

Des manifestations de moindre ampleur ont eu lieu à Marseille, Bordeaux et Montpellier et Lyon notamment.

Parallèlement, des intermittents ont fait grève un peu partout en France contre les nouvelles règles plus restrictives du régime d'assurance-chômage.

Ils demandent au gouvernement de ne pas agréer la nouvelle convention d'assurance-chômage issue de l'accord signé le 22 mars entre le patronat et trois syndicats (CFDT, FO et CFTC), texte qui durcit les conditions d'indemnisation de plusieurs catégories de chômeurs, dont les leurs.

Parmi les manifestants du Palais-Royal, Jean-Michel Ribes, le directeur du théâtre du Rond-Point, a estimé que l'on ne pouvait pas penser uniquement en termes comptables.

"La Culture rapporte beaucoup d'argent en France, il y a plus de gens qui travaillent dans la Culture que dans le secteur automobile. Ce n'est pas quelque chose qui ne concerne que les intermittents mais tous les citoyens", a-t-il dit sur i>Télé.

Pour appuyer cette journée d'action, la grève a été reconduite lundi au Printemps des Comédiens de Montpellier et à Lyon, les Nuits de Fourvière, jusque-là épargnées, étaient en grève lundi.

A la Comédie-Française, la représentation de "Phèdre" a été annulée tandis qu'à Toulouse, où le festival Rio Loco a été fortement affecté, onze lieux de culture - théâtres, cinémas et salles de musique - étaient en grève.

Une vingtaine d'autres lieux de spectacle ou de tournage participaient au mouvement, selon la CGT-Spectacles.

Manuel Valls a promis sur France Info "un certain nombre de décisions" d'ici la fin de la semaine, sur la base du rapport attendu du médiateur nommé par le gouvernement, le député socialiste Jean-Patrick Gille, auteur en 2013 d'un rapport sur les conditions d'emploi dans les métiers artistiques.

"Je ne veux pas anticiper ces décisions, mais il est évident en même temps que nous devons sans doute remettre à plat l'ensemble de ce dispositif", a-t-il déclaré.

FILIPPETTI VEUT QUE LA CONVENTION SOIT MODIFIÉE

"J'aurai l'occasion de m'exprimer avec les ministres concernés (...) dans les jours qui viennent pour trouver je l'espère une voie qui préserve les spectacles de cet été, qui préserve en même temps le dialogue social et qui bâtisse un avenir pour les intermittents du spectacle", a-t-il ajouté.

Dans une lettre ouverte à François Hollande, qu'elle presse de pas agréer la nouvelle convention, la CGT-Spectacles a menacé vendredi de perturber l'ensemble des festivals de l'été.

Le syndicat a pour l'instant déposé un préavis de grève jusqu'au 30 juin, date-limite pour la décision gouvernementale.

Plusieurs personnalités socialistes, dont l'ex-ministre de la Culture Jack Lang ou la maire socialiste de Lille Martine Aubry, ont pris fait et cause pour les intermittents.

La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a elle aussi joué l'apaisement en annonçant que la concertation tripartite entre l'Etat, le patronat et les syndicats, qui est prévue dans l'accord du 22 mars, serait avancée "au début de l'été".

"L'Etat est prêt à aller très, très loin dans cette voie", a-t-elle déclaré dans une interview au Monde daté de mardi.

"L'accord du 22 mars ne permet pas de résoudre la question du régime des intermittents. Or, on doit mettre sur pied la grande réforme attendue. La gauche s'y est engagée et tiendra ses promesses", a-t-elle ajouté.

Aurélie Filippetti estime que les contre-propositions formulées par les intermittents n'ont pas été examinées par les partenaires sociaux et juge que "les conditions de dialogue social n'ont donc pas été satisfaisantes".

(Sophie Louet, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.