Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement en porte-à-faux avec son "réformisme"

Reuters04/11/2015 à 16:14

LES RÉCENTS RECULS FISCAUX DU GOUVERNEMENT CRITIQUÉS PAR L'OPPOSITION

PARIS (Reuters) - La volonté affichée de "réformer jusqu'au bout" de François Hollande et Manuel Valls pâtit de leurs récents reculs fiscaux, dans lesquels l'opposition voit un signe de "panique" à un mois des élections régionales.

A Sciences-Po mardi soir, le Premier ministre a une nouvelle fois défendu sa vision du "social-réformisme", plaidant le "compromis" dans une société où "on ne peut pas gouverner à la schlague".

"Le choix de la réforme, c'est ce que les Français attendent, quelles que soient leurs convictions politiques", a déclaré Manuel Valls devant des centaines d'étudiants. "L'immobilisme, c'est nous condamner au déclin."

Un discours démenti pourtant par l'annonce le jour même du report d'un an de la mise en oeuvre de la réforme de la dotation globale de fonctionnement (DGF), principale aide de l'Etat aux collectivités locales.

Puis la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Ségolène Neuville, retirait la réforme du calcul de l'allocation aux adultes handicapés (AAH), qui avait provoqué l'ire des associations.

Deux fléchissements au moment où le gouvernement s'emploie à répondre dans l'urgence à l'imbroglio des impôts locaux de quelque 900.000 contribuables, souvent des retraités modestes. Le ministère des Finances a assuré qu'ils seraient remboursés.

Stéphane Le Foll a repoussé les accusations d'impréparation, d'amateurisme, ou de renoncement qui se multiplient contre le gouvernement . "On ajuste, on écoute et on avance", a justifié le porte-parole du gouvernement sur France 2.

Lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, Manuel Valls a redit sa volonté de réformer "avec méthode, en respectant les acteurs et les corps intermédiaires".

Le Premier ministre a renvoyé les reproches d'"amateurisme" à la droite, qu'il a de nouveau accusée d'avoir creusé les dépenses publics et distribué des "cadeaux fiscaux" sous le précédent quinquennat.

"VALLS NE PILOTE PLUS RIEN"

Pour l'opposition, les cahots de la majorité témoignent d'une "panique générale" de l'exécutif à l'approche des régionales des 6 et 13 décembre potentiellement dévastatrices pour la gauche.

"Puis-je rappeler aimablement et 'républicainement' parlant, (...) à François Hollande: M. le président, c'est vous le président, ce n'est plus moi. Pour l'instant...", a ironisé ainsi sur RTL Nicolas Sarkozy, auquel le gouvernement impute les effets de la suppression de la "demi-part des veuves" en 2008.

"C'est peut-être un peu éculé maintenant de dire que c'est de la faute à Sarkozy", a ajouté l'ancien chef de l'Etat. "Si on n'avait pas pris des mesures difficiles, les pensions ne seraient pas payées."

Christian Jacob, président du groupe Les Républicains à l'Assemblée, juge pour sa part que le Premier ministre "perd pied".

"Les mesures sont annoncées sans aucune préparation, elles sont retirées aussi précipitamment qu'elles sont arrivées", a-t- il dit à Reuters. "Manuel Valls ne pilote plus rien. Il est guidé par ses pulsions et par la panique."

François Bayrou a évoqué une "ambiance d'improvisation", d'"amateurisme" et de "panique électorale".

Invité sur BFM TV et RMC, le président du MoDem, partisan d'une large réforme fiscale, y voit le signe d'un Etat "faible".

La présidente du Front national Marine Le Pen a accusé le gouvernement de s'attaquer aux pauvres.

"Si c'est involontaire, ce sont des nuls", a-t-elle lancé lors de l'émission Questions d'info sur LCP. "Aujourd'hui, on rabote sur les plus modestes. Que ce soit l'UMP ou le PS, c'est 'Mort aux pauvres', il faut dire les choses."

"La réalité, c'est que s'il n'y avait pas des élections dans un mois, ils n'auraient pas reculé sur ces mesures qui sont à vomir", a-t-elle ajouté, alors que les sondages promettent de bons scores à son camp.

(Elizabeth Pineau, avec Emile Picy, édité par Sophie Louet)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.