Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement dément vouloir la gestation pour autrui

Reuters30/01/2013 à 14:36

LE GOUVERNEMENT DÉMENT VOULOIR LÉGALISER LA GESTATION POUR AUTRUI

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a démenti mercredi vouloir légaliser la gestation pour autrui (GPA), après la diffusion d'une circulaire qui facilite la délivrance de certificats de nationalité aux enfants de père français nés d'une mère porteuse à l'étranger.

En plein débat parlementaire sur l'autorisation du mariage et de l'adoption pour les couples homosexuels, l'UMP a estimé que ce texte démontrait le double langage de la majorité et annoncé son intention de l'attaquer devant le Conseil d'Etat.

La circulaire de la ministre de la Justice Christiane Taubira, révélée par Le Figaro, demande aux juridictions de "faire droit" aux demandes de certificats de nationalité pour les enfants nés à l'étranger de Français dans le cadre de la procréation ou la gestation pour le compte d'autrui (GPA).

Christiane Taubira, qui avait déjà indique le 16 janvier dernier devant la Commission des lois de l'Assemblée préparer cette circulaire, considérée par la majorité comme un simple "rappel à la loi", a démenti tout changement de position.

"Il n'y a pas la moindre modification de la position ni du président de la République, ni du gouvernement, ni du Premier ministre, ni de moi personnellement : la GPA dans notre droit est interdite et ça ne fait pas débat", a-t-elle déclaré à sa sortie du Conseil des ministres.

Diffusée vendredi dernier par la ministre de la Justice auprès de tous les greffiers en chefs des tribunaux d'instance, la circulaire est d'application immédiate.

Elle vise à "ne pas pénaliser, au plan de la nationalité française, l'enfant qui est Français par son père et peut et doit être reconnu comme Français alors même qu'il est peut-être né sous GPA", explique-t-on au ministère de la Justice. Un enfant né à l'étranger d'un parent français est Français en application de l'article 18 du code civil, rappelle-t-on.

"Le seul soupçon de recours" à une GPA ne peut suffire à opposer un refus à la délivrance d'un certificat de nationalité, indique cette circulaire, qui n'est "pas une 'reconnaissance' de la gestation pour autrui", insiste-t-on au ministère .

ENVIRON 40 ENFANTS CONCERNÉS

Ce texte concerne environ 40 enfants, "qui se trouvent aujourd'hui dans une situation administrative kafkaïenne", a indiqué sur Radio Classique la ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

Mais en plein débat sur l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe, cette circulaire a suscité de vives critiques de la part de l'opposition, qui y voit une manoeuvre de "dissimulation" de la part du gouvernement.

"Ça prouve simplement que François Hollande est dans la dissimulation depuis le début (...) quant à ses intentions", a déclaré la députée UMP Valérie Pécresse sur France 2.

"Depuis le début nous disons que le gouvernement avance masqué sur le texte du mariage homosexuel parce qu'il ne dit pas jusqu'où il veut aller", a-t-elle ajouté.

Plusieurs députés UMP ont estimé dans une rafale de communiqués que le gouvernement avait ouvert la voie à la reconnaissance de la gestation pour autrui en France.

"Nous sommes convaincus que cette circulaire est aujourd'hui totalement illégale et contraire à l'ordre public, puisque, pour l'instant, la gestation pour autrui est encore interdite en France", écrivent ainsi les députés Guillaume Larrivé et Daniel Fasquelle, qui annoncent leur décision "d'attaquer la circulaire Taubira devant le Conseil d'Etat (...) pour excès de pouvoir".

Partisans et adversaires du mariage et de l'adoption pour les couples homosexuels ont entamé mardi un débat marathon à l'Assemblée sur la réforme sociétale la plus importante depuis l'abolition de la peine de mort en 1981.

L'exécutif avance à pas comptés sur la procréation médicalement assistée (PMA), rejetée en bloc par l'opposition et décriée par des élus de la majorité, et a jusque-là évité le sujet, encore plus sensible, de la gestation pour autrui.

Emmanuel Jarry et Chine Labbé, avec Julien Ponthus et Emile Picy, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.