Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement défend son plan Alstom face aux critiques

Reuters05/10/2016 à 19:02

HOLLANDE JUSTIFIE LE SAUVETAGE D'ALSTOM-BELFORT

PARIS (Reuters) - François Hollande et le gouvernement ont rejeté mercredi les accusations de "bricolage" industriel et électoraliste qui ont fusé après l'annonce d'un plan de sauvetage du site Alstom de Belfort.

L'Etat a pris ses responsabilités en conciliant maîtrise des finances publiques et pérennité de l'entreprise, a ainsi déclaré le chef de l'Etat lors de l'inauguration du centre de recherche de Safran Electronics et Défense à Eragny (Val-d'Oise).

De son côté, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, qui a conduit les négociations avec Alstom et les autres acteurs de la filières ferroviaire, a justifié la mesure la plus contestée, l'achat par l'Etat de 15 rames TGV.

"Le choix qui a été fait, c'est d'assurer par la commande d'Etat de donner toutes sortes de charges à des sites et à des entreprises qui en ont le plus besoin", a dit François Hollande. "Quand l'Etat est absent, on met en cause son inertie. Mais quand l'Etat est présent, on s'interroge sur les moyens dont il dispose pour assurer l'avenir", a-t-il ajouté.

Le plan comprend l'accélération de commandes déjà en discussion et un début de diversification du site de Belfort, où 70 millions d'euros seront investis, pour en faire notamment un centre européen de maintenance des locomotives.

La mesure la plus moquée par l'opposition est la commande anticipée par l'Etat, pour environ 500 millions d'euros, de 15 TGV voués à rouler sur des voies traditionnelles qui ne seront au mieux transformées en lignes à grande vitesse qu'en 2025-2030, avec les coûts supplémentaires de fonctionnement que cela suppose.

RATIONALITÉ ÉCONOMIQUE

Christophe Sirugue a défendu la rationalité économique de cette décision devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée Nationale.

Il a rappelé que la liaison Bordeaux-Marseille, à laquelle sont destinées ces 15 rames de TGV Euroduplex, était une des trois lignes "structurantes" identifiées par un récent rapport parlementaire et que leur matériel roulant vieillissant devait de toute façon être remplacé à plus ou moins brève échéance.

L'Etat, en tant qu'autorité organisatrice des transports sur les liaisons Intercités, avait deux possibilités, a expliqué le secrétaire d'Etat à l'Industrie.

L'une consistait à acheter d'abord des trains Intercités pour 350 millions d'euros, puis, lors de la mise en service des futures LGV, des rames TGV pour 450 millions d'euros.

L'autre, retenue par le gouvernement, consiste à acheter dès maintenant des TGV, quitte à les faire rouler à la vitesse des trains Intercités en attendant l'arrivée des tronçons LGV.

"Ce n'est donc pas une commande supplémentaire", a fait valoir Christophe Sirugue. "Le gouvernement a fait le choix de ne pas acheter du matériel deux fois. Ainsi il prend, me semble-t-il, la meilleure décision à long terme pour le contribuable."

Faire rouler des TGV sur des lignes traditionnelles n'est pas nouveau, a-t-il souligné. Il a notamment cité le cas des liaisons Marseille-Nice, Le Mans-Quimper et Tours-Bordeaux.

Enfin, le choix de rames TGV Euroduplex "permet des gains substantiels" sur les frais de maintenance et de développement en mutualisant ceux-ci avec le parc existant, a-t-il ajouté. "Cela compense le surcoût de fonctionnement."

Christophe Sirugue a également écarté l'idée que cette commande directe de l'Etat, sans appel d'offres, puisse être contestée au niveau européen par des concurrents d'Alstom.

"L'Etat s'appuie (...) sur un contrat-cadre existant entre la SNCF et Alstom pour la fourniture de TGV, qui a en son temps donné lieu à un appel d'offre", a-t-il expliqué.

Cette décision et les autres mesures annoncées donnent, selon lui, de la "visibilité" à six sites d'Alstom et pérennisent 1.500 emplois directs et 3.000 emplois indirects.

(Jean-Baptiste Vey, Elizabeth Pineau et Emmanuel Jarry, avec Yann Le Guernigou)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.