Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement défend les "salles de shoot"

Reuters06/02/2013 à 19:26

LE GOUVERNEMENT DÉFEND LES "SALLES DE SHOOT" FACE AUX CRITIQUES DE L'OPPOSITION

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a défendu mercredi sa décision d'expérimenter au printemps à Paris une salle de consommation de drogue, dite "salle de shoot", face aux critiques de l'opposition qui accuse la gauche de laxisme.

Les services du Premier ministre ont donné mardi leur feu vert à l'expérimentation de ce concept jusqu'à présent illégal en France mais existant dans plusieurs pays européens, dont l'Allemagne, la Suisse ou la Belgique.

Le dispositif doit permettre à des toxicomanes de consommer leurs produits dans de meilleures conditions d'hygiène et sous la supervision de médecins, d'éducateurs et d'infirmières.

La salle de consommation de drogue devrait voir le jour dans le nord-est de Paris au printemps, une perspective qui n'est pas du goût de l'opposition qui dénonce un concept qui risque selon elle d'encourager la consommation de drogue et d'augmenter l'insécurité pour les riverains.

"Une personne qui souffre d'une addiction très forte, on doit la protéger contre son addiction et non l'encourager dans son addiction", a déclaré l'ancienne ministre UMP Valérie Pécresse sur LCI. "Pour moi, c'est de l'empoisonnement assisté, et ça me choque parce que j'ai le sentiment de non assistance à personne en danger."

Elu député du Gard sous les couleurs de Marine Le Pen, Gilbert Collard a ironisé en proposant pour sa part sur Canal + de répertorier "tous les actes de délinquance auxquels on n'arrive pas à trouver de solution et puis on fait des salles de viol, des salles de crime, des salles de vol".

ACCOMPAGNER LES MALADES

Face à ces critiques, la ministre de la Santé Marisol Touraine a assuré que le gouvernement observerait une "tolérance zéro" en matière de trafic et de consommation de drogue et a dénoncé des critiques "décalées par rapport à la réalité".

"Il s'agit au contraire d'accompagner des malades, des toxicomanes, faire en sorte qu'ils puissent voir des professionnels de santé, des professionnels sociaux et les aider à arrêter, à les accompagner sur la voie du sevrage", a-t-elle dit à la sortie du conseil des ministres.

"Il faut apporter des réponses aux malades et faire en sorte que ces malades ne perturbent pas la vie dans les quartiers et la sécurité de leurs voisins", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, l'Académie de médecine réitère son opposition à cette mesure qui risque selon elle de maintenir le toxicomane dans un état de maladie au lieu de le soigner.

La France est dotée de structures de soins aux toxicomanes "facilement accessibles et en outre susceptibles de délivrer des produits de substitution à l'héroïne, fait-elle valoir.

L'expérimentation d'une "salle de shoot" impose de satisfaire certaines exigences éthiques et juridiques, écrit-elle, citant notamment les responsabilités des pouvoirs publics et des professionnels en cas de complication médicale ou d'acte délictueux commis sous l'emprise de la drogue.

Selon un sondage Ifop publié dans Valeurs actuelles en septembre dernier, 45% des sondés se disaient favorables à l'ouverture de lieux où la consommation libre de drogue est autorisée, sous contrôle médical et sanitaire, contre 55% qui y étaient opposés.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.