Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le gouvernement au bord du chaudron social

Reuters12/02/2013 à 18:45

LE GOUVERNEMENT FACE À LA MONTÉE DES CONFLITS SOCIAUX

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - La montée des tensions sociales et la multiplication de conflits très médiatisés mettent à l'épreuve la crédibilité et la méthode du gouvernement, à l'approche de réformes délicates comme celles des retraites ou du financement de la protection sociale.

François Hollande et son Premier ministre s'efforcent de conjurer le risque majeur que constituerait la convergence de plans sociaux à répétition, d'une aggravation de la précarité, de la montée du chômage, d'une pression sur le pouvoir d'achat et de la division syndicale, facteur de dérapages incontrôlés.

Neuf mois après le retour de la gauche au pouvoir, des responsables gouvernementaux ne veulent pas croire à l'image d'une France "cocotte-minute" au bord de l'explosion, fabriquée selon eux par l'effet de loupe des médias.

De fait, les syndicats n'ont mobilisé mardi matin qu'un millier de personnes représentant une dizaine de sociétés concernées par des plans sociaux et des fermetures de sites, devant le siège de Goodyear, près de Paris.

Parmi les manifestants, l'ex-candidat trotskiste à l'élection présidentielle Philippe Poutou a reconnu une mobilisation inférieure aux attentes des organisateurs.

"Aujourd'hui, avec la peur de la précarité, du lendemain, les gens ont tendance à baisser la tête, mais on espère que ce soit le début du réveil social", a-t-il dit.

Au même moment, quatre syndicats - dont Force ouvrière (FO) mais pas la CGT - faisaient connaître leur soutien à un plan d'accompagnement à la suppression de 8.000 postes à PSA.

Mais ces conflits ne sont que la partie la plus visible d'un malaise à la fois plus étendu et plus profond.

"Il y a une urgence sociale. Nous développons beaucoup d'actions pour y répondre. Mais elle ne se limite pas aux salariés les mieux organisés", dit-on de source gouvernementale. "Cela fait partie des préoccupations que nous devons avoir."

RADICALISATION

Le chef de l'Etat a confirmé lundi son intention de légiférer sur la reprise des sites rentables pour limiter les fermetures d'usines.

Le gouvernement a transmis au Conseil d'Etat le projet de loi issu de l'accord du 11 janvier entre le patronat et trois centrales syndicales sur la réforme du marché du travail.

Un dispositif de sécurisation de l'emploi sur lequel mise le ministre du Travail, Michel Sapin, pour éviter les licenciements et relancer le dialogue social dans les entreprises.

"C'est d'abord le dialogue social dans l'entreprise qui peut apporter des solutions négociées", a-t-il déclaré à Reuters.

Quant aux organisations syndicales, elles "savent être responsables même lorsque la colère est forte et légitime", fait-il valoir. "Elles sauront faire face aux risques de tensions excessives."

Mais pour Guy Groux, chercheur à l'Institut de sciences politiques (Cevipof), la radicalisation "existe déjà".

"On a connu ça en 2009 mais les conflits restaient localisés. Aujourd'hui, il y a une sorte de coagulation", explique ce spécialiste des mouvements sociaux.

Lors de la crise financière de 2008-2009, l'unité syndicale avait permis de canaliser les inquiétudes et les humeurs.

François Hollande et son gouvernement ont aussi beaucoup misé sur le dialogue avec et entre les partenaires sociaux pour déminer une situation aggravée par la montée du chômage.

Mais l'unité syndicale a aujourd'hui éclaté, même si cela prend des formes variées. La CGT et FO ont ainsi lancé un appel à manifester le 5 mars contre l'accord du 11 janvier.

Un rejet dans lequel Guy Groux voit un facteur de nature à favoriser la convergence des mécontentements et la montée de revendications, comme l'exigence d'une loi anti-"licenciements boursiers", portée par la gauche de la gauche.

"Cela va dans le sens d'une détermination beaucoup plus forte, et la division et la faiblesse des syndicats autorisent beaucoup de mouvements périphériques ou incontrôlés", dit-il.

À VUE

Facteur aggravant : le volontarisme du gouvernement a montré ses limites dans certains des dossiers les plus médiatisés.

C'est le cas de Petroplus, dont les salariés ont été soumis au régime de la douche écossaise par la succession des annonces et contre-annonces sur la reprise éventuelle de leur site.

Et pour l'usine de Goodyear à Amiens-Nord, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a dû admettre que le groupe américain Titan, un temps pressenti, avait jeté l'éponge.

"C'est vrai que la conjoncture économique est défavorable mais le gouvernement donne l'impression de naviguer à vue et de ne pas avoir de stratégie bien établie", estime Guy Groux.

"Ça ne va pas du tout dans le sens d'un apaisement des consciences et la confiance des salariés et des syndicats vis-à-vis de ce gouvernement risque d'être tout à fait déficiente."

Thierry Lepaon, qui succédera en mars au secrétaire général de la CGT Bernard Thibault, a ainsi accusé dans le Journal du Dimanche le socialiste François Hollande de "s'inscrire dans la suite" de son prédécesseur UMP Nicolas Sarkozy.

Une accusation relayée par la base : "Il y a de quoi être scandalisé avec un gouvernement de gauche qui prône le dialogue social à tout va et fait en réalité tout le contraire", a dit mardi Mickael Wamen, délégué CGT de Goodyear-Amiens-Nord.

Mais pour Guy Roux, le pari gouvernemental d'un modèle de relations sociales calqué sur celui des pays d'Europe du Nord se heurte à une faiblesse structurelle beaucoup plus profonde.

"La grande différence est que dans ces pays on a de grands partis sociaux-démocrates alors qu'en France on a plutôt un parti d'élus. Et il y a dans ces pays des syndicats très puissants sur lesquels s'appuient les sociaux-démocrates."

"En France, on veut établir un modèle social-démocrate sans en avoir les assises politiques, historiques, culturelles. C'est toute la difficulté pour le gouvernement actuel", ajoute-t-il.

Avec Marine Pennetier à Rueil-Malmaison, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.