Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement assure disposer d'une majorité pour réformer

Reuters18/02/2015 à 12:01

PARIS (Reuters) - Répétition du titre.

Le gouvernement dispose d'une majorité pour continuer à réformer, a assuré mercredi son porte-parole Stéphane Le Foll, après l'annonce du recours à l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter la loi Macron à l'Assemblée nationale.

Interrogé sur Europe 1, il a indiqué toutefois que tout député socialiste qui voterait la motion de censure déposée par l'UMP et les centristes de l'UDI dans le cadre de cette procédure n'aurait "plus sa place" au Parti socialiste.

Mais "je pense que la motion de censure sera rejetée. Il n'y a pas de majorité alternative", a-t-il dit.

Sur BFM TV, Emmanuel Macron a laissé entendre clairement que le gouvernement était prêt à utiliser à nouveau le "49-3" lors de l'examen en deuxième lecture à l'Assemblée de son projet de loi sur la croissance et l'activité.

"On ira au bout de nos responsabilités sur ce texte", a déclaré le ministre de l'Economie.

Le Premier ministre Manuel Valls a invoqué mardi l'article 49-3, qui permet l'adoption de lois sans vote, pour ne pas risquer un échec sur le projet de loi Macron face à l'opposition d'une partie des élus de gauche du PS.

"Ce n'est pas parce que sur ce sujet, il y a des députés appelés 'frondeurs' qui ont été jusqu'à voter contre qu'on n'a pas de majorité", a indiqué Stéphane Le Foll. "Avec une majorité, nous continuerons à faire de réformes."

En attendant, le porte-parole du gouvernement, qui est proche de François Hollande, a estimé que des "décisions" devraient être prises au PS où, selon lui, "il y a un minimum de solidarité et de responsabilité à avoir".

"Chacun sera rappelé à sa responsabilité, chacun aura à se rappeler qu'il a été élu dans le cadre d'une majorité après une présidentielle", a-t-il encore dit.

POSITIONS SECTAIRES

Emmanuel Macron s'est défendu face aux accusations de "déni de démocratie" qui ont suivi le passage en force en faisant valoir le temps passé à débattre un texte largement amendé et dont chaque article a été adopté l'un après l'autre par les députés avant le vote global avorté de mardi.

Le secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen a souligné le "travail exceptionnel" autour d'un texte qui a été débattu pendant plus d'une centaine d'heures en commission puis en séance à l'Assemblée.

"Peut-être que la pédagogie n'a pas été suffisamment faite, sans doute, mais je me demande ce qu'il faut pour qu'un certain nombre de gens à gauche comprennent la réalité du pays", a-t-il dit sur RTL.

Il s'en est pris surtout à la "gauche de la gauche", déclarant : "Il est clair qu'on voit bien qu'il y a une détestation, (...) une fuite en avant, on ne peut pas rêver au Venezuela et à la Grèce, on est en France".

"Où est le mouvement social qui viendrait critiquer la loi Macron ? Il n'y en a pas. Il n'y a que des positions idéologiques, des positions sectaires, une volonté de revanche vis-a-vis de la gauche démocratique qui gouverne ce pays et qui veut avancer", a-t-il ajouté en visant l'ancien coprésident du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon et l'ancienne ministre écologiste Cécile Duflot.

Sur France Info, Jean-Luc Mélenchon a critiqué la décision des députés communistes de voter la motion de censure du gouvernement.

"Je n'aurais pas procédé comme ça, d'abord parce qu'il n'y a aucune chance que cette motion de censure passe, donc qu'est-ce qu'on va aller se fourrer avec la droite dans une aventure pareille", s'est-il demandé.

A la place, "j'aurais proposé aux frondeurs et aux écologistes de faire une motion de censure pour montrer que, si le gouvernement est désapprouvé, il l'est par la gauche et pas par la droite (...) il faut montrer qu'il y a une alternative dans le pays".

(Yann Le Guernigou, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.