Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le genou de Catherine Millet et le décolleté de Leïla Slimani
Le Point12/01/2018 à 12:50

Vendredi matin, l'écrivaine et directrice de revue Catherine Millet était invitée sur France Inter pour s'expliquer sur la tribune du Monde

dont elle est signataire, et qui n'en finit pas de faire polémique. Selon elle, c'est beaucoup de bruit pour pas grand-chose. « Moi et mes camarades signataires, ce que nous avons voulu faire, c'est simplement nous faire l'écho de ce que nous entendions autour de nous de la part d'énormément de femmes qui ne comprenaient pas justement ce qui se passait avec cette vague d'appel à la censure, de dénonciations dans tous les sens dans les réseaux sociaux pour des gestes accomplis par des hommes que nous ne trouvons pas à ce point criminels.

S'estimant porte-parole d'une majorité silencieuse qui réprouverait la violence des hashtags « MeToo » ou « Balance ton porc », Catherine Millet veut défendre la fragilité et le mystère de la drague, y compris quand elle est maladroite : entre l'homme timide qui « ose un mot un peu brutal ou un geste un peu osé » et la fille hésitante, « qui est attirée, mais ne sait pas si elle va accepter ou pas ». Son combat : sauvegarder la fameuse « zone grise » entre consentement et non-consentement, qui ne saurait être éclaircie sauf à « signer un contrat devant notaire avant d'aller baiser ».

Invitée à préciser ce fameux droit à importuner qu'elle...

Lire la suite sur Le Point.fr

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • monjohn
    09 mars08:16

    Quoi? pas d'images? Triste.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer