Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le fromage vous dégoûte ? C'est dans les neurones

Reuters17/10/2016 à 18:09
    LYON, 17 octobre (Reuters) - Le mystère de l'aversion d'une 
partie de la population pour le fromage vient d'être percé à 
jour par une équipe de scientifiques français qui ont conclu à 
une réaction du système neuronal de la récompense entraînant une 
réaction de dégoût. 
    Les chercheurs du Centre de recherche en neurosciences de 
Lyon et du laboratoire en neurosciences de Paris-Seine ont exclu 
l'hypothèse d'une allergie au lactose d'origine génétique pour 
expliquer cette aversion, la plus fréquente au sein de la 
population avec 6% de réfractaires, contre 2,7% pour le poisson 
et 2,4% pour la charcuterie,  
    L'étude a porté sur un échantillon de 332 personnes, parmi 
lesquelles quinze personnes aimant le fromage et quinze autres 
nourrissant une aversion pour le fromage ont été soumises à une 
étude d'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF). 
    Elles ont été confrontées simultanément à l'image et à 
l'odeur de six fromages différents, et de six autres types 
d'aliments témoins, explique le CNRS dans un communiqué.  
    "Les chercheurs ont alors observé que le pallidum ventral, 
une petite structure habituellement activée chez les personnes 
qui ont faim, était totalement inactive lors de la présentation 
d'une odeur et d'une image de fromage chez les personnes 
aversives au fromage alors qu'elle était activée par tous les 
autres type d'aliments", peut-on lire dans ce texte. 
    Les scientifiques ont également observé que certaines aires 
cérébrales (le globus pallidus et la substantia nigra) qui 
participent au circuit de la récompense, activée lorsque l'on 
adore quelque chose, étaient beaucoup plus impliquées chez les 
personnes qui détestent le fromage.  
    "Il semble donc que les structures impliquées dans le 
traitement de la récompense sont aussi sollicitées en réponse à 
un stimulus aversif", en conclut le CNRS. "Le circuit de la 
récompense peut aussi encoder le dégoût." 
    Le circuit neuronal de la récompense peut donc se 
transformer chez certaines personnes en circuit de l'aversion.  
    Les résultats complets de l'étude viennent d'être publiés en 
ligne sur le site Frontiers in Human Neuroscience.  
 
 (Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.