1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le fonds norvégien investira plus en actions, dépenses plafonnées
Reuters16/02/2017 à 19:02

    OSLO, 16 février (Reuters) - Le fonds souverain norvégien de 
900 milliards de dollars (845 milliards d'euros) devrait 
investir davantage en actions, au détriment du marché 
obligataire, dans un contexte de taux d'intérêt ultra-bas, a 
annoncé le gouvernement jeudi. 
    De même, marquant un changement majeur de politique, le 
gouvernement de droite d'Erna Solberg a recommandé de ramener de 
4% à 3% la part du fonds qu'il est autorisé à dépenser. 
    La Norvège a constitué ce fonds à partir du produit de son 
industrie pétrolière. Il est considéré comme une assurance pour 
le jour où ses gisements de pétrole et de gaz seront épuisés.  
    Ces dernières années, le fonds a diversifié son allocation 
d'actifs, investissant moins en Europe et plus aux Etats-Unis et 
en Asie, s'intéressant à l'immobilier, adoptant une stratégie 
plus tournée vers le risque afin d'améliorer ses rendements.  
    Toute nouvelle allocation prendrait des années mais si le 
passage proposé de 60% à 70% en actions était appliqué 
aujourd'hui, le fonds sortirait quelque 90 milliard de dollars 
du marché des obligations souveraines, qui plombe sa 
performance. 
    Actuellement, les investissements du fonds à l'étranger sont 
limités à 60% d'actions, 35% d'obligations et 5% d'immobilier. 
 
 (Ole Petter Skonnord et Camilla Knudsen, Juliette Rouillon pour 
le service français, édité par Benopit Van Overstraeten) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer