Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le FN bloqué une fois de plus par le mur du second tour

Reuters14/12/2015 à 13:39

LE FRONT NATIONAL BUTE SUR LE SECOND TOUR

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - L'échec du Front national, qui n'est pas parvenu dimanche à s'emparer de régions françaises en dépit d'un score historiquement élevé, marque un coup de frein à la dynamique lancée par Marine Le Pen en vue de la présidentielle de 2017.

Si elle est probablement assurée d'un ticket pour le second tour dans 18 mois, l'Elysée semble toutefois hors de portée pour la présidente du FN tant qu'elle ne disposera pas d'alliés lui permettant de contrer l'entente des partis de gouvernement, estiment des analystes interrogés par Reuters.

Le parti d'extrême droite a essuyé un échec relatif, puisqu'il a obtenu 6,8 millions de suffrages (27,10%) - un record absolu - et s'inscrit, scrutin après scrutin, dans tous les territoires et couches de la population.

Il dispose désormais de 358 élus régionaux, contre 115 dans les précédentes assemblées, ce qui libère Marine Le Pen de l'obstacle des 500 signatures permettant de postuler à l'Elysée.

"Le FN est néanmoins face à un mur, surtout pour une présidentielle", estime Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l'extrême droite, soulignant que le FN est un "excellent parti de premier tour", mais qu'il bute sur le second.

"Tant qu'il ne sera pas sorti de cette impasse, ça ne réglera pas le problème de l'accession au pouvoir", dit-il, soulignant le "sévère échec" personnel de Marine Le Pen dans le Nord face au candidat des Républicains Xavier Bertrand.

Frédéric Dabi, directeur adjoint de l'institut Ifop, note lui aussi que le parti frontiste se retrouve dans le même schéma qu'aux dernières départementales.

"Une fois de plus, il ne transforme pas l'essai. Il reste un parti très isolé, sans alliés", dit-il.

"À CHAQUE FOIS LE COUP PASSE UN PEU PLUS PRÈS"

Mais Frédéric Dabi se veut prudent sur l'impossibilité qu'il y aurait pour Marine Le Pen d'accéder au pouvoir, en particulier si l'exécutif ne parvenait pas à redresser l'économie.

"L'effet majeur du quinquennat, c'est quand même la montée du Front national qui s'enracine d'élection en élection", souligne-t-il. "A chaque fois, le coup passe un peu plus près."

"Les leviers du vote FN quittent la protestation pour l'adhésion et il y a aussi un vote contre les partis de gouvernement", ajoute-t-il.

Pour Jean-Yves Camus, l'échec de dimanche "tend à montrer que la dédiabolisation" entreprise depuis l'accession de Marine Le Pen à la tête du parti en 2011 "n'a pas fonctionné". "Est-ce que les électeurs FN vont finir par se lasser ?"

"Aujourd'hui, le seul espoir qu'il peut entretenir c'est de voir la droite revenir au pouvoir en 2017. Si cette fois-ci les électeurs de droite ne voient pas de résultats, alors il y aura une possibilité pour le FN", avance-t-il.

La déception du second tour pour l'état-major frontiste devrait raviver les débats internes sur la stratégie, en particulier sur la question de la sortie de l'euro qui effraie les personnes âgées et les chefs d'entreprise.

Mais pour le sociologue Sylvain Crépon, la marge de manoeuvre de Marine Le Pen est étroite puisqu'elle veut toujours s'appuyer sur un parti hors système et "refonder la vie politique sur sa stratégie identitaire".

"Le palier supplémentaire, ce serait de modifier ses orientations socio-économiques, le rapport à l'Europe et la sortie de l'euro", explique-t-il.

"La sortie de l'euro, c'est quelque chose qui rebute toute possibilité d'alliance. Mais le FN risquerait de perdre ce qui lui permet de se distinguer", ajoute Sylvain Crépon.

Le sociologue voit un autre obstacle aux visées de Marine Le Pen : son propre style. "Elle manie l'outrance vis-à-vis des élites et de l'immigration", dit-il, rappelant que dans les sondages, "70% des Français la jugent négativement".

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.