Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le FN au second tour dans l'Aube, signe de "désespérance"

Reuters08/12/2014 à 13:35

LE FN AU SECOND TOUR D'UNE ÉLECTION LÉGISLATIVE PARTIELLE DANS L'AUBE

PARIS (Reuters) - L'élimination du candidat socialiste au premier tour d'une élection législative partielle dans l'Aube, dimanche, au profit du Front national montre une "désespérance" des Français, ont estimé lundi responsables de droite comme de gauche.

Des membres du gouvernement et de l'UMP se sont rejoints sur le constat mais ont tiré des leçons différentes, les premiers estimant que le résultat appelait des réformes et des résultats, quand les seconds y voyaient la nécessité d'une alternative.

Après sa déroute aux élections municipales de mars et dans plusieurs élections partielles ces derniers mois, le PS a subi un nouveau camouflet dans la troisième circonscription de l'Aube, où moins d'un électeur sur quatre s'est déplacé.

En lice pour le siège de l'UMP François Baroin, devenu sénateur, son ex-suppléant Gérard Menuel est arrivé en tête avec 40,76% des suffrages, devant le candidat du Front national Bruno Subtil qui, avec 27,64%, a gagné près de dix points par rapport au score du FN en 2012 (17,79%).

Surtout, le socialiste Olivier Girardin a été éliminé avec 14,69% des voix contre 28,79% à la candidate PS Lorette Joly il y a deux ans et demi.

Invité à commenter ce résultat, lundi matin sur France Info, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a estimé qu'il renforçait l'exigence de résultats, économiques notamment.

"Il y a une crise qui est là depuis longtemps, il y a une désespérance qui gagne et une nécessité pour le pays, s'il veut se redresser, de faire des réformes", a-t-il dit, appelant à ne pas "les faire avec la main qui tremble".

"C'est dans les résultats que nous parviendrons le mieux à lutter contre la droite et l'extrême droite", a ajouté Bernard Cazeneuve, notant toutefois qu'il fallait "du temps" pour voir les effets de la politique menée.

"TOUT SAUF FN"

La nouvelle vice-présidente de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, y a vu pour sa part une invitation pour son camp à préparer l'alternance en 2017.

"Cette élection est un signal d'alerte, une exigence de plus qui pèse sur nous pour reconstruire une opposition crédible pour faire en sorte qu'il y ait une vraie alternative, un mouvement d'alternance", a-t-elle dit sur Europe 1.

"Cette élection marque avant tout la désespérance, l'écoeurement, le dégoût des Français vis-à-vis du gouvernement. Le PS à 13%, c'est la réponse à l'émission de Manuel Valls (sur France 2 dimanche soir, ndlr) qui disait qu'il a besoin d'être efficace."

A la question de savoir si elle s'attendait à voir le PS appeler à voter pour l'UMP et ainsi barrer la route au Front national, l'ancienne ministre de l'Ecologie a répondu : "J'imagine que le PS le fera et ça me semble tout naturel."

Dimanche soir, Juliette Méadel, porte-parole du PS, avait appelé au "front républicain".

Cette question a fait des remous, à droite essentiellement, durant les dernières municipales qui ont vu des candidats UMP et une poignée de socialistes, ceux-là en dépit des consignes qui avaient été données, se maintenir dans des triangulaires qui pouvaient bénéficier au FN.

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, s'est voulue prudente sur le sujet lundi, concédant toutefois qu'elle aurait le réflexe personnel de faire barrage au FN.

"Je ne connais pas le candidat UMP en question mais à titre personnel, face à une telle situation, j'aurais tendance à voter tout sauf Front national", a-t-elle dit sur RMC et BFM TV.

(Gregory Blachier, édité par Sophie Louet)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.