Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le FMI exhorte Paris à baisser en priorité ses dépenses

Reuters04/06/2013 à 15:22

LE FMI DEMANDE À LA FRANCE DE BAISSER SES DÉPENSES

PARIS (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) a revu en légère baisse mardi ses prévisions pour l'économie française en 2013 et 2014 et préconisé de donner la priorité à la baisse des dépenses pour la poursuite de la consolidation des finances publiques.

Dans un rapport sur l'économie française, le FMI salue les réformes amorcées ces derniers mois comme le crédit impôt compétitivité emploi ou l'accord entre les partenaires sociaux sur le marché du travail mais invite le gouvernement à aller plus loin "pour répondre aux difficultés multiples et profondes rencontrées par la France".

Les économistes du Fonds anticipent désormais une contraction de 0,2% de l'économie française en 2013, contre une baisse de 0,1% du PIB dans leur précédente estimation d'avril.

Ils ont également revu à 0,8%, contre 0,9% auparavant, leur prévision de hausse pour 2014, s'alignant ainsi sur celle publiée la semaine passée par l'OCDE.

Ils soulignent que les principaux risques qui pèsent sur ces prévisions "résident dans la fragilité des perspectives de croissance en Europe (...) et sur le plan intérieur dans l'incertitude sur la politique fiscale qui pèse sur les décisions de dépenses des ménages et des entreprises".

D'où sa recommandation pour les finances publiques, le FMI jugeant que, après trois années d'ajustement budgétaire "substantiel", il existe une marge pour en modérer le rythme, "à condition que l'effort soit concentré sur les dépenses et soutenu par la poursuite des réformes structurelles."

PRESSION FISCALE EXCESSIVE

Il donne raison à la Commission européenne d'avoir accordé à la France un délai de deux ans, jusqu'en 2015, pour ramener son déficit public sous 3% du PIB, et approuve la priorité donnée par Paris dans son dernier programme de stabilité à un objectif de déficit structurel (hors impact de la conjoncture).

La France pense pouvoir parvenir à l'équilibre de ce solde structurel en 2016, mais grâce à une hypothèse de retour à la croissance du PIB jugée trop optimiste par le Fonds.

"Du moment que l'ajustement est conduit par une maîtrise des dépenses, un délai d'un an dû à une croissance moins forte ne compromettrait pas la soutenabilité de la dette", écrit-il.

François Hollande s'est montré peu disert jusqu'à présent sur la manière dont il entend réduire les dépenses.

Le FMI souligne que l'effort d'ajustement doit se faire sans augmenter les prélèvements obligatoires, et ce alors que la pression fiscale a atteint un "niveau excessif" et pèse sur la confiance des ménages et des entreprises.

Pour cela, il prône un effort à moyen terme réparti entre la baisse de la masse salariale de la fonction publique, pour ne pas dire de ses effectifs, et une réduction des transferts sociaux qui serait permise par une gestion plus efficace de la politique de protection sociale.

Reprenant en cela des recommandations déjà émises par l'OCDE, il cite comme solutions éventuelles une "simplification des couches des gouvernements locaux" pour la première et attend beaucoup, pour la seconde, des réformes à venir de l'assurance chômage et des retraites.

Pour le Fonds, ces deux réformes constituent une opportunité pour améliorer les performances sur le marché du travail".

RÉDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL

Sur ce dernier point, il estime lui aussi que ces réformes doivent permettre d'améliorer la compétitivité en berne de l'économie française. Sans surprise, il partage les recommandations de l'OCDE et de la Commission européenne sur la nécessité d'accroître la concurrence sur le marché des biens et services, d'améliorer la formation professionnelle et de réduire le coût du travail pour les plus faiblement qualifiés.

Le FMI donne enfin un satisfecit aux banques françaises, estimant que la restructuration de leur bilan "a fortement réduit les inquiétudes concernant la stabilité financière" qui persistent dans d'autres pays européens.

Mais il ajoute qu'elles "ont encore du chemin à parcourir pour accroître leurs réserves de liquidités et améliorer leurs ratios de liquidité à moyen terme", ce qui passe par "l'élimination des contraintes sur la base de dépôts."

Il critique pour cela le relèvement des plafonds de l'épargne réglementée (livrets A, LDD) qui, en privant les banques de ressources liquides, "va à l'encontre des objectifs réglementaires fixés par les autorités". Il appelle aussi à plus de souplesse dans les relations entre ces banques et la Caisse des dépôts, qui centralise cette épargne réglementée.

"Une profonde réforme de la fiscalité des revenus financiers serait souhaitable afin de privilégier une approche fondée sur la maturité plutôt que sur les produits", conclut-il.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.