1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le FBI veut encore forcer Apple à déverrouiller les iPhone d'un terroriste
Le Parisien14/01/2020 à 13:19

Le FBI veut encore forcer Apple à déverrouiller les iPhone d'un terroriste

Un nouveau bras de fer se profile entre le gouvernement américain et Apple. Le ministre de la Justice Bill Barr a reproché lundi au géant californien de ne pas avoir « fourni d'aide significative » à la police, qui cherche à déverrouiller les iPhone du terroriste qui a fait trois morts et huit blessés avant d'être abattu en décembre sur une base militaire de Pensacola.L'assaillant avait pris soin de compliquer la tâche des enquêteurs en tirant sur ses iPhone 5 et 7. Mais le FBI a réussi à les réparer et veut les faire parler en forçant Apple à collaborer.La multinationale a déjà fait un premier pas en donnant accès au compte iCloud de stockage de données du tireur et à ses derniers achats en ligne.Mais les enquêteurs s'intéressent particulièrement aux messages envoyés par Mohammed al-Shamrani sur les applications WhatsApp et la très sécurisée Signal. Pour cela, la police scientifique a besoin de chercher dans le cœur du téléphone.Un chiffrement « impossible à casser »Les iPhone possèdent un système complexe de chiffrement de leurs contenus internes qui garantit la vie privée et la protection des données des utilisateurs avec, en fonction des modèles, un code à taper, une empreinte digitale ou de la reconnaissance faciale.Fidèle à sa ligne officielle depuis un premier refus lors de la fusillade de San Bernadino en 2016, Apple a décliné la demande d'aide technique de la justice américaine afin de forcer l'entrée dans le contenu des smartphones en créant une porte dérobée ou « backdoor ».« Nous avons toujours dit qu'une backdoor pour les gens bien intentionnés n'existait pas. Les portes dérobées créées peuvent aussi être utilisées par ceux qui menacent notre sécurité nationale et contre la protection des données de nos clients », a insisté l'entreprise dans un communiqué.Un iPhone débloqué par un prestataireUne bonne partie de la crédibilité d'Apple repose sur ce principe ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer