1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le duel à distance entre Fillon et Macron tourne à l'aigre
Reuters11/04/2017 à 09:58

LE DUEL À DISTANCE ENTRE FILLON ET MACRON TOURNE À L'AIGRE

PARIS (Reuters) - François Fillon, engagé dans un duel acrimonieux avec Emmanuel Macron, favori des sondages pour la présidentielle, l'a accusé mardi de mensonge et d'inconstance, s'attirant une réplique du candidat d'En Marche! sur son "peu de valeur" morale.

Un échange entre le député LR de Paris et l'ancien ministre de l'Economie, au moment du débat sur la déchéance de nationalité début 2016, est au centre de la controverse.

Distancé dans les sondages sous le poids des affaires judiciaires le visant, voire détrôné de la troisième place par Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la droite et du centre n'a de cesse d'attaquer Emmanuel Macron, rival dont l'électorat est jugé le plus volatil à l'approche du premier tour du 23 avril.

François Fillon insiste sur son inexpérience présumée, son incapacité à former, selon lui, une future majorité cohérente, la "supercherie" et le "marketing" de son aspiration au renouvellement des pratiques politiques, lui "l'héritier" de François Hollande qu'il a surnommé "Emmanuel Hollande".

A ces griefs, l'ancien Premier ministre a ajouté le mensonge et la versatilité en évoquant, selon des propos rapportés dimanche par Le Figaro, un échange de SMS prouvant selon lui les revirements d'Emmanuel Macron sur la déchéance de nationalité.

Le fondateur d'En Marche! a accusé lundi François Fillon d'avoir "un problème avec la vérité", assurant n'avoir "jamais échangé sur ce sujet le moindre SMS avec François Fillon."

Lefigaro.fr a finalement rendu public lundi soir un message manuscrit d'Emmanuel Macron à François Fillon dans lequel il rejoint ses positions sur la révision constitutionnelle, à laquelle le député de Paris était opposé.

A la question de François Fillon, "une nouvelle fois vous venez sur mes positions, jusqu'où irez-vous?", selon Le Figaro, Emmanuel Macron répond, d'après la copie de ce document non daté : "M. Le Premier ministre, cher François. En fait j'y suis déjà sans doute. Je poursuivrai sur ce chemin car c'est le seul que je connais. Voyons-nous".

"J'ai apporté la preuve écrite qu'il avait menti", a justifié mardi François Fillon sur France 2.

"UN HOMME DE PEU DE VALEUR"

"J'ai juste dit à des journalistes qu'Emmanuel Macron, pendant des mois et des mois, disait exactement la même chose que moi, sur les 35 heures, sur l'ISF, sur la manière de redresser l'économie française, jusqu'à s'opposer comme moi à la révision constitutionnelle sur la déchéance de nationalité proposée par François Hollande", a-t-il expliqué.

"Ça démontre qu'il change d'avis sans arrêt. Comment est-ce qu'on peut faire confiance à un président de la République qui change sans arrêt d'avis?", a-t-il ajouté.

La réplique d'Emmanuel Macron, invité de Public Sénat et Sud Radio, a été cinglante : "François Fillon est un homme de peu de valeur."

"Hier c'était un SMS, aujourd'hui c'est un mot. Il dit qui il est, si besoin en était, c'est-à-dire quelqu'un qui n'a pas grande valeur morale et pas grande éthique", a commenté le candidat d'En Marche!.

"Entre responsables politiques, si on se met à donner à la presse les mots qu'on échange, je vous laisse apprécier ce qu'il en est. Ça ne sert à rien que François Fillon ait été donner des leçons à François Hollande parce qu'il allait donner des mots à des journalistes. Il est bien pire que cela. Il a perdu tout repère : éthique, moral, de comportement", a-t-il ajouté.

Assurant qu'il avait "discuté" avec François Fillon de la déchéance de nationalité - alors que ce dernier soutient le contraire -, Emmanuel Macron a jugé que l'accusation d'inconstance le concernait lui.

"Il a utilisé ce mot pour dire que je n'étais pas constant. Qui n'est pas constant? Le François Fillon qui en février 2016 était contre la déchéance de nationalité et qui aujourd'hui propose de l'appliquer dans son programme parce qu'il a rejoint la pire des droites?", a-t-il lancé.

L'un des plus vifs opposants à la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité, François Fillon a toujours été favorable à cette mesure en matière de terrorisme mais juge inutile de l'inscrire dans la Loi fondamentale, estimant qu'un texte législatif suffit.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

24 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • charleco
    11 avril16:43

    Ceux qui s'imaginent que Macron est un candidat hors système se trompent lourdement. C'est tout à fait l'inverse, il ne serait rien sans le système, il est le candidat préfabriqué pour un électorat formaté par les médias subventionnés. C'est un pur produit de marketing lancé par les multinationales et la haute finance. C'est une entourloupe caractérisée, une imposture, et de taille! La preuve, c'est qu'il dit n'importe quoi.

    Signaler un abus

  • charleco
    11 avril16:43

    Macron est l'enfant dans le dos que Hollande a fait aux Français. S'i est élu, il fera un autre enfant dans le dos aux Français : le nouvel ordre mondial et l'islamisation de la France. Il l'a bien dit : "la culture française n'existe pas".

    Signaler un abus

  • 12636627
    11 avril11:54

    35 ans de mains et de bras dans la confiture par tous moyens. Ca signe une capacité personnelle....une éthique...une valeur humaine...

    Signaler un abus

  • 12636627
    11 avril11:51

    Sur ces questions et par nature, Emmanuel MACRON a évidemment, du fait de ses lettres, un niveau d'appréciation dont François FILLON, étudiant de parcours quelconque, malgré des moyens familiaux de fils de notaire, est évidemment dépourvu. FILLON , c'est la médiocrité. Ne veut-il pas mettre un issu de l'ISG à MATIGNON (barre d'admissibilité à 4.5 sur 20 et école de rehausseur de fils à papa...)

    Signaler un abus

  • M6194462
    11 avril11:41

    Campagne d'idioties. Pourquoi un homme politique ne pourrait-il pas changer d'avis ? C'est comme cela que l'on se retrouve avec les extrêmes au sommet. Affligeant.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer